Couches pour bébés: alerte sur des «risques», les fabricants sommés d’agir

Couches pour bébés: alerte sur des «risques», les fabricants sommés d’agir

Parfums, dioxines... Certaines substances chimiques détectées dans les couches jetables peuvent présenter des «risques» pour la santé des bébés et devront être éliminées par les fabricants dans les meilleurs délais, a exigé le gouvernement français mercredi.

Selon un avis de l’Agence de sécurité sanitaire Anses publié mercredi, il n’existe«aucune donnée épidémiologique permettant de mettre en évidence une association entre des effets sanitaires et le port de couches». En clair, pas de preuve que les couches jetables portées par 95% des bébés de France soient néfastes.

Mais, selon son directeur général délégué Gérard Lasfargues, «on ne peut pas exclure un risque (...) puisqu’on observe un dépassement des seuils sanitaires pour un certain nombre de substances», a-t-il expliqué à l’AFP. Il s’agit de deux parfums (butylphényl méthyle propional et hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde), ainsi que de certains hydrocarbures aromatiques polycycliques (parfois cancérogènes), de dioxines ou de furanes.

«Éliminer ces substances»

A la suite de cet avis réclamé par le gouvernement en janvier 2017 après un article de 60 millions de consommateurs, les industriels et distributeurs du secteur devaient être reçus à Bercy mercredi à 8h00 par les ministres de la Santé, de l’Economie et de la Transition Ecologique.

Ces derniers ont précisé que l’avis ne mettait «pas en évidence de danger grave et immédiat», mais «exigent des fabricants et des distributeurs qu’ils prennent avant 15 jours des engagements pour éliminer ces substances des couches pour bébé». Les professionnels du secteur devront«prendre dans les meilleurs délais les mesures garantissant la sécurité des produits sur le marché».

Pour son évaluation, «la première» de ce type au niveau mondial sur les couches, l’Anses a évalué le risque potentiel «dans des conditions d’usage réalistes». «On calcule une quantité absorbée en fonction du temps de port de couche, du nombre de couches portées par les bébés, jusqu’à 36 mois, et on compare à des valeurs toxicologiques de référence pour chacune des substances», explique Gérard Lasfargues, précisant qu’un bébé porte entre 3.800 et 4.800 couches.

Première cible, les parfums, les seuls de ces produits chimiques à être intentionnellement ajoutés par les industriels. Comme le suggère l’Anses, ils devront également mieux contrôler «la qualité des matières premières utilisées» qui peuvent être contaminées au préalable et modifier «les procédés de fabrication susceptibles d’être à l’origine de la formation de certaines substances».

D’autre part, la DGCCRF renforcera les contrôles en 2019 et la France plaidera à Bruxelles pour des règles européennes plus «protectrices».

Les couches jetables sont soumises dans l’UE à la réglementation générale sur les produits de consommation et non à des règles spécifiques comme certains produits cosmétiques ou les protections pour fuites urinaires.

Malgré cette alerte, le syndicat des fabricants de couche a tenu à «rassurer tous les parents». «Les consommateurs peuvent continuer à utiliser les couches proposées par les fabricants de Group’hygiène en toute sécurité», a assuré sa déléguée générale Valérie Pouillat, s’engageant à «coopérer avec les autorités».

«Nos couches sont sûres»

Dans un communiqué mercredi matin, l’entreprise Pampers (groupe américain Procter and Gamble) assure que leurs «couches sont sûres et l’ont toujours été». Elle indique avoir «déjà mis en place les recommandations formulées par le rapport» et affirme que ses produits «ne contiennent aucun des 26 allergènes listés par l’Union européenne».

La présidente de la marque française Joone, Carole Juge-Llewellyn a pour sa part revendiqué avoir été «la première marque de couches au monde à publier intégralement les analyses toxicologiques de nos changes pour bébé». «Cet engagement pour une politique de transparence très exigeante fait aujourd’hui enfin l’objet d’une prise de conscience partagée par les pouvoirs publics avec la publication du rapport alarmiste de l’Anses aujourd’hui».

60 millions de consommateurs a de son côté salué les recommandations de l’Anses. Mais «il faudrait pour les bébés que ça ne traîne pas trop», a déclaré à l’AFP son rédacteur en chef adjoint Benjamin Douriez.

L’avis de l’Anses est basé sur des analyses de 23 couches «parmi les plus utilisées», mais ne cite aucune marque, les données ayant été anonymisées.«La contamination concerne tous types de couches, y compris les couches dites écologiques», assure Gérald Lasfargues.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite