Une seule application pour Bancontact et Payconiq

Une seule application pour Bancontact et Payconiq

Les deux sociétés avaient fusionné en mars de l’année dernière. D’un côté, le dinosaure et géant Bancontact, leader sur le marché des cartes et donc des paiements depuis belle lurette. De l’autre, la start-up Payconiq, solution de paiement « mobile », née dans une couveuse chez ING, puis partagée entre quelques leaders du secteur bancaire. Deux solutions « made in Belgium » donc, au propos et à l’actionnariat commun… Depuis on attendait leur mariage « effectif », soit le lancement d’une application smartphone « unifiée » (jusqu’à présent les deux systèmes étaient encore proposés aux clients, entraînant une certaine confusion) : elle a débarqué le 23 janvier sur le marché.

En pratique, les utilisateurs Payconiq et Bancontact pourront désormais bénéficier « du meilleur des deux mondes ». Se rembourser entre amis la note de restaurant via leur téléphone, payer sans contact dans un commerce partenaire, via le scan d’un code QR en magasin ou à distance (290.000 partenaires en Belgique) ou encore régler leurs achats en ligne. Seule condition : être client dans l’une des 20 banques participantes (soit quasi l’ensemble du marché belge) et disposer d’un smartphone équipé d’Android ou d’iOS (avec le système propriétaire Apple, il n’est cependant pas possible de payer son contact avec votre téléphone).

Les commerçant auront toujours la possibilité de souscrire à l’une ou l’autre solution. Le service Bancontact assorti d’un terminal de paiement, plus cher (le tarif varie en fonction du nombre de transactions opérées) mais utilisé par un plus grand nombre de Belges ou celui fourni par Payconiq sans terminal cette fois, moins connu donc moins populaire mais meilleur marché (6 centimes/transaction).

Offensive belge

Vous le savez le marché du paiement est désormais ouvert en Europe : la directive PSD2 (« paiement services directive », NDLR) autorise des tiers à accéder aux données bancaires pour développer leur propre système transactionnel en ligne. C’est donc la fin d’un monopole (avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme les fintechs et les gafas) et la porte ouverte, par ricochet, à une plus grande internationalisation du segment. « Payconiq by bancontact » et les banques derrière le projet ont pour objectif de maintenir en Belgique pour la Belgique une solution innovante face à la nouvelle concurrence.

En 2018, les deux services ont déjà brassé 34 millions d’euros de transactions « mobile » – soit une croissance de 100 % sur un an – pour 1,4 million d’utilisateurs. Détail qui compte : pour les clients de l’une des sept banques (BNP Paribas Fortis, Belfius…) qui avaient intégré les fonctionnalités Bancontact dans leur propre application, rien ne change actuellement.« La migration vers les nouvelles fonctionnalités sera effectuée à la discrétion de chaque banque dans les prochains mois », précise Nathalie Vandepeute, CEO.

Les deux sociétés avaient fusionné en mars de l’année dernière. D’un côté, le dinosaure et géant Bancontact, leader sur le marché des cartes et donc des paiements depuis belle lurette. De l’autre, la start-up Payconiq, solution de paiement « mobile », née dans une couveuse chez ING, puis partagée entre quelques leaders du secteur bancaire. Deux solutions « made in Belgium » donc, au propos et à l’actionnariat commun… Depuis on attendait leur mariage « effectif », soit le lancement d’une application smartphone « unifiée » (jusqu’à présent les deux systèmes étaient encore proposés aux clients, entraînant une certaine confusion) : elle a débarqué le 23 janvier sur le marché.

Une app’, 20 banques

En pratique, les utilisateurs Payconiq et Bancontact pourront désormais bénéficier « du meilleur des deux mondes ». Se rembourser entre amis la note de restaurant via leur téléphone, payer sans contact dans un commerce partenaire, via le scan d’un code QR en magasin ou à distance (290.000 partenaires en Belgique) ou encore régler leurs achats en ligne. Seule condition : être client dans l’une des 20 banques participantes (soit quasi l’ensemble du marché belge) et disposer d’un smartphone équipé d’Android ou d’iOS (avec le système propriétaire Apple, il n’est cependant pas possible de payer son contact avec votre téléphone).

Les commerçant auront toujours la possibilité de souscrire à l’une ou l’autre solution. Le service Bancontact assorti d’un terminal de paiement, plus cher (le tarif varie en fonction du nombre de transactions opérées) mais utilisé par un plus grand nombre de Belges ou celui fourni par Payconiq sans terminal cette fois, moins connu donc moins populaire mais meilleur marché (6 centimes/transaction).

Offensive belge

Vous le savez le marché du paiement est désormais ouvert en Europe : la directive PSD2 (« paiement services directive », NDLR) autorise des tiers à accéder aux données bancaires pour développer leur propre système transactionnel en ligne. C’est donc la fin d’un monopole (avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme les fintechs et les gafas) et la porte ouverte, par ricochet, à une plus grande internationalisation du segment. « Payconiq by bancontact » et les banques derrière le projet ont pour objectif de maintenir en Belgique pour la Belgique une solution innovante face à la nouvelle concurrence.

En 2018, les deux services ont déjà brassé 34 millions d’euros de transactions « mobile » – soit une croissance de 100 % sur un an – pour 1,4 million d’utilisateurs. Détail qui compte : pour les clients de l’une des sept banques (BNP Paribas Fortis, Belfius…) qui avaient intégré les fonctionnalités Bancontact dans leur propre application, rien ne change actuellement.« La migration vers les nouvelles fonctionnalités sera effectuée à la discrétion de chaque banque dans les prochains mois », précise Nathalie Vandepeute, CEO.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite