Accueil Opinions

Marc Crépon: «La révolte, l’indignation, la protestation sont une dimension incontournable de la dignité humaine»

Pour le philosophe Marc Crépon, il faut entendre la protestation des gilets jaunes. Pour lui, ils se sont dressés contre tout ce qu’ils ressentent comme une forme d’inexistence et d’invisibilité.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Pourquoi, à un moment donné, ne supportons-nous plus une situation qui hier encore nous était tolérable ? Parce que, répond, en gros, Marc Crépon, ce qui nous était invisible, pris dans un ensemble d’habitudes ou de lâchetés, devient à nos yeux indigne de ce que nous nous représentons comme la condition humaine. Reste à expliquer ces « décilages », fût-ce pour pouvoir les provoquer… C’est la tâche à laquelle le philosophe s’est attelé dans Inhumaines conditions, un essai publié chez Odile Jacob.

Comment en arrive-t-on, un beau jour, à décréter que « Maintenant, ça suffit ; ça a assez duré » ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs