Accueil Culture Musiques

Il était une fois Ennio Morricone: «Quentin Tarantino a beaucoup insisté»

Pour Hateful Eight, le maestro – comme il exige qu’on l’appelle – a pris le temps de composer seize pièces dont une superbe ouverture servant de thème principal.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Ennio Morricone et Quentin Tarantino, c’est une longue histoire. Le cinéaste américain, cinéphile et fan transi, n’imagine pas réaliser un western sans faire appel au grand compositeur italien aujourd’hui âgé de 87 ans. Pour Django Unchained, il arrache un inédit (« Ancora qui ») à celui qui, depuis 2001, a décidé de partir en tournée avec un orchestre symphonique, pour jouer sa musique, pardon ses musiques.

Pour Hateful Eight, le maestro – comme il exige qu’on l’appelle – a pris le temps de composer seize pièces dont une superbe ouverture servant de thème principal.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs