USA: un jeune maire démocrate, gay et ex-militaire, se lance dans la présidentielle 2020

© AFP
© AFP

Pete Buttigieg, un jeune maire démocrate vivant ouvertement son homosexualité et ancien militaire, a annoncé mercredi qu’il se lançait dans la course à la présidentielle américaine de 2020, devenant à 37 ans le plus jeune des candidats, déjà nombreux.

«Perturbations», «coûts médicaux énormes»: Trump veut bannir les transgenres de l’armée

«  J’ai lancé un comité exploratoire présidentiel car nous sommes à l’heure de l’audace et qu’il est temps de se concentrer sur l’avenir. Êtes-vous prêts à dire adieu aux politiques du passé ? », a écrit Pete Buttigieg sur Twitter.

«  Nous ne pouvons pas chercher la grandeur dans le passé », a-t-il ajouté dans une vidéo, pied de nez évident au célèbre slogan du président républicain Donald Trump, «  Rendre à l’Amérique sa grandeur ».

Le premier candidat homosexuel à la présidentielle américaine ?

Peu connu, Pete Buttigieg part de très loin, soulignent les observateurs qui signalent toutefois ses grands talents d’orateur et son histoire personnelle «  remarquable ». S’il décrochait la nomination des démocrates, il deviendrait le premier candidat ouvertement homosexuel à la présidentielle américaine.

Bernie Sanders accuse Trump de «raciste» lors de la journée en hommage à Martin Luther King (vidéo)

À 29 ans, il était alors, déjà, le plus jeune maire d’une ville de cette taille (100.000 habitants). «  Nous sommes la génération qui a vécu les fusillades dans les écoles, qui a combattu dans les guerres après le 11-Septembre et nous sommes la génération qui est partie pour gagner moins que nos parents à moins que nous changions les choses », dit-il.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite