«Le shutdown affecte le pays entier» : près de 500 employés fédéraux non payés manifestent leur colère

© EPA
© EPA

Plusieurs centaines d’employés fédéraux non payés depuis la fermeture partielle des administrations américaines ont manifesté mercredi à Washington alors que le bras de fer continue entre le président Donald Trump et l’opposition démocrate après plus d’un mois de shutdown.

A cause du shutdown, le FBI ne peut plus payer ses informateurs

Environ 500 personnes ont occupé pendant plusieurs heures un bâtiment annexe du Congrès à l’appel de plusieurs syndicats et organisations représentant les fonctionnaires et salariés d’entreprises sous-traitantes.

Ils ont protesté en silence pendant 32 minutes, symbole de la durée de cette paralysie (entrée dans son 33e jour). Si les employés fédéraux sont assurés d’être payés rétroactivement, leurs homologues du secteur privé doivent faire une croix sur leur salaire.

« Ce mois-ci va être difficile »

«Cela fait cinq semaines maintenant que je n’ai pas travaillé, à part un ou deux jours», témoigne à l’AFP Claudia Martinez, employée d’une société sous-traitante à la cafétéria de la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès. «Jusqu’ici, nous avons puisé dans nos économies, mais ce mois-ci va être très difficile», poursuit cette mère de famille de 43 ans, qui doit rembourser chaque mois les 400 dollars du prêt étudiant d’un de ses enfants.

«Le shutdown affecte le pays entier», dit à l’AFP Francis Nichols, responsable local du syndicat de fonctionnaires AFGE. «J’entends beaucoup de gens se demander quelle facture ils doivent payer en priorité», explique-t-il. «D’autres doivent choisir entre payer leurs factures et faire le plein de leur voiture pour venir travailler».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite