«Le shutdown affecte le pays entier» : près de 500 employés fédéraux non payés manifestent leur colère

© EPA
© EPA

Plusieurs centaines d’employés fédéraux non payés depuis la fermeture partielle des administrations américaines ont manifesté mercredi à Washington alors que le bras de fer continue entre le président Donald Trump et l’opposition démocrate après plus d’un mois de shutdown.

A cause du shutdown, le FBI ne peut plus payer ses informateurs

Environ 500 personnes ont occupé pendant plusieurs heures un bâtiment annexe du Congrès à l’appel de plusieurs syndicats et organisations représentant les fonctionnaires et salariés d’entreprises sous-traitantes.

Ils ont protesté en silence pendant 32 minutes, symbole de la durée de cette paralysie (entrée dans son 33e jour). Si les employés fédéraux sont assurés d’être payés rétroactivement, leurs homologues du secteur privé doivent faire une croix sur leur salaire.

« Ce mois-ci va être difficile »

«Cela fait cinq semaines maintenant que je n’ai pas travaillé, à part un ou deux jours», témoigne à l’AFP Claudia Martinez, employée d’une société sous-traitante à la cafétéria de la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès. «Jusqu’ici, nous avons puisé dans nos économies, mais ce mois-ci va être très difficile», poursuit cette mère de famille de 43 ans, qui doit rembourser chaque mois les 400 dollars du prêt étudiant d’un de ses enfants.

«Le shutdown affecte le pays entier», dit à l’AFP Francis Nichols, responsable local du syndicat de fonctionnaires AFGE. «J’entends beaucoup de gens se demander quelle facture ils doivent payer en priorité», explique-t-il. «D’autres doivent choisir entre payer leurs factures et faire le plein de leur voiture pour venir travailler».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Depuis 2017, «
Bernie
» arpente le Trumpland profond pour porter la bonne parole et entretenir sa légende. Et il assume son rôle de patriarche de la gauche militante.

    «Bernie is back», mais il n’est plus tout seul

  • L’athlétique quaterback cherche toujours un club.

    Par JULIEN RASPILLER

    USA

    Colin Kaepernick a mis la NFL à genoux

  • La décision d’Amazon de renoncer à s’installer à New York a suscité la joie chez les opposants au projet.

    Une fronde politique s’abat sur Amazon à New York

 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des people

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite