Election en RDC: «Je vais passer la main à Felix Tshisekedi sans regret ni remords», déclare Joseph Kabila

© Reuters
© Reuters

Le président congolais sortant Joseph Kabila a préconisé mercredi une «  coalition de toutes les forces progressites » contre «  les forces prédatrices », à la veille de la passation de pouvoir à l’opposant Félix Tshisekedi, après 18 ans à la tête de la République démocratique du Congo.

«  J’en appelle donc à une grande coalition de toutes les forces progressistes. Coalition contre les forces prédatrices qui se sont liguées et qui tenteront toujours de se liguer pour s’accaparer nos resources naturelles », a déclaré le président Kabila, 47 ans, dans un message à la chaîne d’Etat RTNC, son premier discours depuis l’élection présidentielle du 30 décembre.

Les États-Unis reconnaissent le président élu Felix Tshisekedi

« Qu’il soit assuré de pouvoir compter sur moi »

«  Demain, je vais passer la main (à mon successeur) sans regret ni remords », a insisté M. Kabila, qui a félicité le nouveau président issu de l’opposition.

«  C’est le lieu pour moi de réitérer en votre nom comme en mon nom propre les félicitations ainsi que nos voeux de pleins succès au président élu M. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo », a déclaré M. Kabila. «  Qu’il soit asuré de pouvoir compter sur moi chaque fois qu’il le souhaite et que l’intérêt du pays l’exigera », a-t-il promis.

Le président Kabila a rappelé que le nouveau président issu de l’opposition ne bénéficie pas de la majorité à l’Assemblée nationale, qui reste fidèle à sa famille politique à l’issue des élections présidentielle et législatives du 30 décembre.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Congo|Joseph Kabila
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite