Michel Preud’homme fête ses 60 ans: revivez en images son immense carrière

©News
©News

Michel Preud’homme, c’est 41 ans dans le football professionnel. Et quatre décennies de succès comme joueur et comme entraîneur pour un total cumulé de six titres nationaux, six coupes nationales, une coupe d’Europe, une Supercoupe européenne et deux Supercoupes nationales. Tout cela agrémenté du titre de meilleur gardien du monde en 1994 et de deux Souliers d’or (1987 et 1989).

► 19 années dans les cages du Standard du Liège. Trois jours après être monté au jeu pour la première fois à Boom, Preud’homme, étudiant en latin-sciences à l’Athénée de Seraing, est titulaire pour son premier Clasiso disputé à Anderlecht le 24 août 1977. Il a 18 ans…

► Les années glorieuses à Malines. Il y remporte notamment la Coupe des coupes en 1988 et le titre de champion de Belgique l’année suivante.

► Fin de sa carrière de joueur au Benfica Lisbonne, à l’âge de 40 ans. Avec les Lisboètes, il remporte la Coupe du Portugal en 1996.

► 58 caps’ avec les Diables entre 1979 et 1994, et un trophée de meilleur gardien du Mondial 1994 aux Etats-Unis.

► Entraîneur du Standard, il ramène, au terme d’une saison 2007-2008 historique, le trophée de champion de champion de Belgique à Liège après 25 ans d’attente.

► Avec le FC Bruges, club qu’il a rejoint après un passage à La Gantoise, il remporte, en 2016, un nouveau titre de champion de Belgique.

► Retour dans le club de son cœur, le Standard, dix ans après son départ, pour fermer la boucle d’une carrière entamée le 21 août 1977.

►►► Retrouvez ici notre interview de Michel Preud’homme où il revient sur sa très longue carrière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite