Shutdown: Trump reporte son discours sur l’état de l’Union

© AFP
© AFP

La paralysie politique à Washington a contraint Donald Trump à reporter sine die le discours présidentiel sur l’état de l’Union, sans solution en vue pour sortir le pays du « shutdown » le plus long de l’histoire. « Je ferai le discours quand le shutdown sera fini. Je ne recherche pas d’autre enceinte pour le discours sur l’état de l’Union parce qu’il n’y en a aucune qui puisse rivaliser avec l’histoire, la tradition et l’importance de la Chambre des représentants », a-t-il écrit sur Twitter mercredi en fin de soirée. D’après lui, ce « grand » discours sera prononcé « dans un futur proche ».

Cependant, le conflit entre républicains et démocrates qui prive de budget une partie des administrations fédérales semble toujours insoluble. Le Sénat américain doit voter jeudi sur deux textes concurrents pour tenter, chacun à leur manière, de sortir de l’impasse, sans que ni Donald Trump, ni l’opposition ne s’avouent prêts à céder.

Au coeur de ce conflit qui dure depuis plus d’un mois : le mur que veut Donald Trump à la frontière avec le Mexique. Il réclame pour l’ériger plus de cinq milliards de dollars. Mais les démocrates, vent debout contre ce projet, refusent de signer un compromis budgétaire sur cette base. Faute d’accord, les budgets de certaines administrations sont bloqués depuis le 22 décembre. Quelque 800.000 employés fédéraux se retrouvent soit au chômage forcé, soit à travailler sans solde si leurs emplois sont jugés essentiels.

La proposition républicaine assure un financement du gouvernement jusqu’en septembre et intègre l’enveloppe pour le mur, ainsi qu’une concession accordée samedi par M. Trump : un sursis de trois ans pour un million d’immigrants directement menacés d’expulsion.

Le texte démocrate ne contient pas de budget pour le mur. Il propose la réouverture des administrations jusqu’au 8 février, et promet de relancer le débat sur la sécurité aux frontières une fois le « shutdown » levé.

Pour être approuvés, ces amendements doivent obtenir 60 voix au Sénat, où les républicains détiennent 53 des 100 sièges. En l’état, il semble probable qu’aucun des deux groupes ne parviendra à rallier suffisamment de voix dissidentes. Tout texte devrait ensuite franchir la Chambre des représentants, aux mains des démocrates.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. 20200123arno-6

    L’AB, la santé boutique d’Arno

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite