«Je ne veux pas monopoliser la parole»: quand Emmanuel Macron s’invite durant 3 heures à un débat citoyen

© EPA
© EPA

«Je ne veux pas monopoliser la parole»: un Emmanuel Macron combatif et détendu s’est invité jeudi à un débat citoyen à Bourg-de-Péage (Drôme) se pliant au jeu du questions-réponses avec des Français courtois mais bien décidés à lui «remettre les idées en place».

Ce n’était pas officiellement prévu au programme de l’Elysée. Emmanuel Macron est arrivé vers 18h à la salle François Mitterrand de cette petite commune de 10.500 habitants, fief de son ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Une intervention de 3 heures et 15 minutes

«Pardon de m’inviter au dernier moment», a-t-il lancé. Les forces de l’ordre, à cran, s’attelaient au dernier moment à sécuriser à la zone tout en filtrant les quelque 250 personnes inscrites au débat, dont une poignée vêtues de gilets jaunes.

Le président debout, micro en main, a répondu pendant 3h15, n’éludant aucun sujet: l’ISF, l’école, le glyphosate, l’emploi et même des sujets techniques ou plus insolites comme la cyber-sécurité ou les courses hippiques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite