Accueil Culture

Ne le passez pas les doigts de pieds en éventail! Votre week-end en 15 clics

Nos bons plans culture et loisirs.

Temps de lecture: 5 min

VENDREDI et SAMEDI

art tribal

Art tribal, art moderne et mobilier du XXe siècle

Exposition-vente – Native Auctions (Bruxelles)

Native est une jeune maison belge dont la réputation n’est plus à faire dans les arts tribaux. Elle présente la collection d’Helmut Zake en provenance de Heidelberg en Allemagne ainsi que des œuvres issues d’une collection belge – celle des marchands Odette et René Delenne –, des pièces de mobilier, des bijoux, de l’art moderne…

Ménopausées

Théâtre – Théâtre de Poche (Bruxelles) jusqu’au 2 février

Sortes de Monologues du vagin version plus de 50 ans, Ménopausées ne s’érige pas en manifeste féministe mais pose un regard tout en douceur sur la vieillesse, l’acceptation de soi, ou la sexualité. Créé à partir d’une cinquantaine de témoignages de femmes d’ici et d’ailleurs – mères de famille, artistes, sportives, PDG – le spectacle dégomme quelques tabous sur la ménopause.

Mal de crâne

Théâtre – Atelier 210 (Etterbeek)

En croisant Hamlet, prince du Danemark, avec Eminem, prince des charts, Louise Emö crée une œuvre fascinante, grouillante, vivante et impertinente. Aux sonnets shakespeariens répond le rap américain avec, au milieu, un même puzzle de tragédies. Le tout dans une langue qui ne s’écoute pas parler mais joue en toute liberté avec les sonorités, les vers, le « flow », les digressions et toutes sortes de brigandages poétiques, assumant sans complexe les références pop. Stylé !

La chute

Théâtre – Théâtre des Martyrs (Bruxelles) jusqu’au 9 février

Lorent Wanson fait viscéralement, terriblement, corps avec le personnage de Camus, Jean-Baptiste Clamence, prestigieux avocat jetant un regard sans concession sur une vie de mensonges et de vanité. Accompagné sur scène par le pianiste Fabian Fiorini et la comédienne Viviane Dupuis, il semble ouvrir ses propres failles aux gouffres de Clamence. Vivant, sobre, poignant !

Propaganda !

Théâtre – Les Tanneurs (Bruxelles) jusqu’au 2 février

Démonstration implacable ou manipulation éhontée ? La pièce de Vincent Hennebicq sème le trouble. Inspiré d’Edward Bernays, père de la propagande, le spectacle résume notre monde, pantin dans les mains de politiques-publicitaires pour qui la démocratie ne serait plus qu’un slogan. Achille Ridolfi s’en donne à cœur joie dans la peau de ce psychanalyste des foules.

Me, myself and I

Festival de théâtre – Ancre (Charleroi) jusqu’au 1er mars

Une poignée d’artistes se mirent à l’envi : convoquant leurs souvenirs, leurs amours, leurs peurs, leurs interrogations, leur héritage, ils s’observent sous toutes les coutures. Et dans ce reflet miroitent nos propres émotions. Bref, c’est une véritable galerie des glaces qu’érige ce festival. Ce week-end, il sera question d’amour et de maladie mentale avec Patrick forever de Diane Fourdrignier.

VENDREDI et DIMANCHE

Belgian National Orchestra

Musique classique – Bozar (Bruxelles)

Un programme où s’unissent le Belgian National Orchestra, la soprano Hendrickje van Kerckhove et l’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt sur la musique de Beethoven et de Chostakovich.

De VENDREDI à DIMANCHE

La sélection night-club du week-end

A Pessoux, Court-Saint-Etienne, Mons, La Glanerie, Bruxelles…

Elles tournent

Cinéma – Vendôme (Ixelles)

Ce festival met en avant la place qu’occupent les femmes dans le monde du cinéma. Il propose donc 20 films réalisés par des femmes. Mais ce n’est pas tout ! Avec une sélection voyageant de la Chine au Brésil en passant par la Slovénie, la programmation tente de casser la vision eurocentriste que les spectateurs ont souvent du cinéma.

bruneaf

Bruneaf

Foire d’art – Grand Sablon (Bruxelles)

Les amateurs d’art premier découvriront masques, statues, bijoux, ivoires, tissus ou sculptures venant d’Océanie, d’Indonésie, d’Asie, des Amériques et surtout d’Afrique.

reminiscence

Réminiscence

Exposition – Maison Stepman (Koekelberg)

Nicolas Gutiérrez Muñoz présente une série de toiles qui s’inspire du concept « d’ère du simulacre » de Jean Baudrillard. Il travaille sur l’évocation d’une société dans laquelle nous aurions oublié ce qu’est un paysage et tente de sublimer cette réalité en un acte poétique et artistique.

Les sorties cinéma de la semaine

La mule , de et avec Clint Eastwood, un beau raconteur d’histoires. Et Border , qui met à fleur de peau la bête qui est en l’être humain.

SAMEDI

Nicolas Kummert

Jazz – Jazz Station (Saint-Josse) à 18h00, Senghor (Etterbeek) à 20h00, Marni (Ixelles) à 22h00

C’est devenu une tradition au River Jazz : le dernier samedi, un artiste, trois concerts, trois formations différentes. C’est le saxophoniste Nicolas Kummert qui s’y colle cette année. Fameuse journée, fameuse aventure.

Masterclass graffiti #6

Manufacture 111 (Ixelles)

Venez vous initier aux techniques de base du graffiti avec Djamel Oulkadi. Parti du graffiti, l’artiste a développé un type d’interventions monumentales qui apparente son style à la tradition calligraphique arabo-musulmane tout en y incluant le caractère hypnotique et vertigineux de l’Op Art.

SAMEDI et DIMANCHE

brafa (1)

Brafa

Foire d’art – Tour & Taxis (Bruxelles) jusqu’au 3 février

Entre un focus sur les artistes Gilbert & George (photo) et la célébration du centenaire de l’Association belge des antiquaires, l’une des particularités de la plus belle foire d’art généraliste tient au mélange des genres et des époques. On y trouve du mobilier ancien, des bijoux modernes, de la photographie, des livres précieux, des masques africains, des vierges en bois polychrome, des sculptures chinoises, des tableaux impressionnistes, des installations contemporaines, du design italien, français ou scandinave, des planches originales de BD…

DIMANCHE

Sophie Pacini

Musique classique – Bozar (Bruxelles) à 11h00

Lauréate d’un Echo Klassik en 2015 et d’un International Classical Music Award en 2017, la pianiste germano-italienne, repérée par Martha Argerich et spécialiste du répertoire romantique allemand, interprétera du Chopin, du Robert Schumann et l’ouverture de Tannhäuser , transcrite par Liszt, où elle s’illustre par sa finesse et sa dextérité.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs