La troisième marche des jeunes pour le climat à Bruxelles fait le tour du monde (vidéo)

La troisième marche des jeunes pour le climat à Bruxelles fait le tour du monde (vidéo)

El Pais, Le Monde, le New York Times, The Australian, la BBC... la troisième marche des jeunes pour le climat à Bruxelles, qui a rassemblé jeudi 35.000 participants, trouve écho dans toute la presse internationale.

«Ces jeunes continueront à marcher une fois par semaine tant que le gouvernement n’aura pas agi», souligne El Pais. Le quotidien espagnol cite Reuters, mentionnant que Bruxelles est régulièrement pointée comme une des villes les plus embouteillées d’Europe.

Le New York times, qui cite également Reuters, rapporte les chiffres éloquents de la manif pour le climat soulignant aussi la congestion permanente de la capitale belge et de l’Europe.«C’est un signe de honte pour la ville où l’Union européenne fixe les politiques climatiques européennes», peut-on lire sur le site internet du quotidien américain.

>Greta Thunberg, à l’origine de la marche pour le climat, qualifie de «héros» les jeunes Belges qui ont manifesté

«La troisième marche des jeunes pour le climat à Bruxelles a été un succès», relève de son côté le quotidien néerlandais Algemeen Dagblad, qui mentionne également les différents rassemblements organisés dans d’autres villes belges. Aucune initiative du genre n’a été notée aux Pays-Bas pour l’instant. Cependant, des organisations environnementales ont prévu une marche à Amsterdam le 10 mars prochain.

Le Monde évoque encore un mouvement des «grèves scolaires pour le climat» d’une «ampleur inattendue», dépassant «la question des traditionnelles divisions linguistiques du royaume», les jeunes provenant de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles. «Quatre ministres, zéro politique», rapporte d’ailleurs le quotidien citant un slogan affiché par un étudiant à Bruxelles.

« Héros »

«Nous continuerons jusqu’à ce que les politiques agissent enfin», a confié l’un des jeunes de la marche pour le climat à la BBC qui s’est aussi glissée au sein de la manifestation. «Nous sommes venus aujourd’hui avec les cinquièmes et sixièmes. C’est plus comme un voyage scolaire... C’est notre professeur qui l’a organisé donc nous ne séchons pas les cours», a précisé un autre étudiant à la chaîne britannique venue recueillir les motivations des manifestants.

The Australian a diffusé sur son site une vidéo de la marche de jeudi. En novembre, des milliers d’élèves avaient également fait l’école buissonnière à travers le pays pour demander des actions concrètes de la part du gouvernement. Le mouvement «Strike 4 Climate Action» avait été inspiré par Greta Thunberg, l’adolescente suédoise devenue en quelques semaines une figure mondiale du militantisme pour le climat.

>Une Suédoise de 15 ans atteinte d’Asperger devient le visage de la lutte pour le climat (photos et vidéo)

Celle-ci, qui a inspiré des milliers d’élèves à travers le monde, dont en Belgique, en Allemagne, en Australie, au Canada et en Suisse, a appelé à une grève scolaire internationale, le 15 mars. Jeudi, elle a d’ailleurs qualifié de «héros» les jeunes Belges qui sèchent les cours pour réclamer des mesures politiques ambitieuses contre le réchauffement climatique.

L’"Agence Chine nouvelle» (Xinhua), qui avait déjà relayé le mouvement début janvier, a aussi consacré une dépêche sur la marche aux 35.000 participants. «Les manifestations, cinq fois plus importantes qu’une semaine auparavant, ont rassemblé des étudiants de tous les niveaux d’enseignement», pointe l’agence chinoise, citant des slogans tels que «Make Belgium great again» ou «Cool kids against global warming».

Une nouvelle mobilisation aura lieu, dimanche 27 janvier, à l’initiative du collectif citoyen «Rise for Climate Belgium».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite