Monte-Carlo : Neuville passe en tête, Loeb profite de l’annulation d’une spéciale

Monte-Carlo : Neuville passe en tête, Loeb profite de l’annulation d’une spéciale
AFP

Thierry Neuville a pris la tête du rallye Monte-Carlo ! Le pilote Hyundai a profité de la deuxième spéciale du jour pour prendre la mesure d’Ott Tanak (Toyota) et Sébastien Ogier (Citroën), qui le précédaient après les deux premières spéciales de jeudi soir. Mais comme tous ses adversaires – à l’exception de Loeb ! -, notre compatriote regrettait l’annulation de la première spéciale du jour, décidée pour des « raisons de sécurité ». Cette spéciale, recouverte en grande partie de neige et de glace, avait dicté le choix des pneus de la plupart des concurrents ; son annulation a faussé les débats.

Neuville : « Pilotage propre »

« L’annulation de cette spéciale n’a pas fait nos affaires car, comme la plupart de nos adversaires, nous avions choisi de partir avec quatre pneus cloutés, et deux ‘slicks’, disait Neuville. Les deux spéciales suivantes de la boucle se déroulent sur le sec, et nous n’étions donc pas super-équipés. Malgré cela, nous nous sommes appliqués à piloter proprement, et ça a donné du résultat, même si les pneus surchauffaient beaucoup en fin de spéciale. On verra dans la suivante… »

Le bon coup de Loeb, puis la crevaison

Alors que les autres pilotes avaient une analyse relativement semblable à celle du nouveau leader du rallye, tout le monde s’attendait à ce que Sébastien Loeb fasse la bonne opération de la matinée. Lui, il était parti avec quatre ‘slicks’ et deux cloutés qu’il aura donc pu laisser dans son coffre. Las, même si l’Alsacien a signé le meilleur temps avec une demi-seconde d’avance sur Neuville, il n’a pas gagné le temps espéré.

« Tout se passait bien, mais j’ai été victime d’une crevaison à l’arrière gauche dans la fin de la spéciale, disait la nouvelle recrue de Hyundai. Cela dit, je m’attendais à ce que l’on fasse une plus grosse différence. »

Loeb en tête du peloton de chasse

Malgré tout, Loeb est ainsi passé de la 8e à la 4e place. C’est qui mène le peloton de chasse, à 40 secondes de Neuville, et devant Lappi (Citroën, à 55,8 sec.), Evans (Ford, 58,4), Mikkelsen (Hyunda, 58,6), Meeke (Toyota, 1.04,5) et Latvala (Toyota, 1.04,7).

Plus loin, Guillaume de Mévius (Citroën), auteur d’un premier « scratch » en Mondial en WRC2, jeudi soir, et Grégoire Munster (Skoda), occupaient les 5e et 6e places provisoires en WRC2. Une spéciale était encore au menu de cette matinée de vendredi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Williams et Kubica n’ont jamais répondu à l’attente...

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Formule 1

    Formule 1: Robert Kubica, une histoire bien triste

  • @AFP

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Hamilton achève 2019 en beauté, les yeux déjà rivés sur 2020

  • PHOTONEWS_10814938-127

    Par Sébastien Close

    Formule 1

    Max Verstappen: «C’est devenu un peu ennuyant de voir Lewis Hamilton gagner»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite