Disparition de Julen en Espagne: les mineurs se trouvent à 2 mètres de l’enfant

©AFP
©AFP

Un groupe de mineurs d’élite creusant une galerie souterraine est arrivé vendredi matin à un peu plus de deux mètres du puits où un enfant est tombé il y a 12 jours en Espagne, a appris l’AFP auprès des autorités.

Ces mineurs, spécialement venus des Asturies (nord-ouest) et habitués à porter secours à des victimes dans les circonstances les plus difficiles, sont descendus jeudi à l’aide d’une sorte de cage métallique dans un tunnel vertical spécialement creusé parallèlement au puits.

Equipés de bouteilles d’oxygène, ils ont ensuite commencé à creuser lentement une galerie horizontale de quatre mètres afin d’atteindre le puits abandonné de 110 mètres de profondeur et de seulement 25 centimètres de diamètre, situé dans le village de Totalan (Andalousie, sud).

Les huit mineurs se relaient par équipes de deux.

«  L’excavation de la galerie horizontale à partir du puits vertical pour tenter de retrouver Julen a atteint un mètre et demi », a indiqué vendredi à la presse la sous-préfecture de Malaga, province où se situe Totalan.

Pas de preuve qu’il soit vivant

Les autorités n’ont jamais eu aucune preuve que l’enfant de deux ans était vivant. Mais des cheveux lui appartenant ainsi qu’un sachet de friandises ont été retrouvés dans le puits.

Une équipe de huit pompiers et une autre d’artificiers de la garde civile participent également à l’opération.

Les recherches lancées pour retrouver l’enfant, qui tiennent l’Espagne en haleine, ont pris une dimension tout à fait exceptionnelle en mobilisant des centaines de sauveteurs et des moyens techniques énormes. Mais leur progression a été ralentie à maintes reprises, notamment par la dureté et l’instabilité du terrain.

► Les raisons de croire à sa survie

Les secouristes avaient pu initialement introduire une caméra dans le puits mais seulement jusqu’à 71 mètres de profondeur, un amas de pierres bouchant totalement l’accès au-delà.

Selon ses parents, Julen Rosello, a chuté par accident le dimanche 13 janvier dans un puits très étroit et non signalé alors qu’il jouait sur un terrain appartenant à un membre de sa famille.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite