Disparition de Julen en Espagne: les mineurs se trouvent à 2 mètres de l’enfant

©AFP
©AFP

Un groupe de mineurs d’élite creusant une galerie souterraine est arrivé vendredi matin à un peu plus de deux mètres du puits où un enfant est tombé il y a 12 jours en Espagne, a appris l’AFP auprès des autorités.

Ces mineurs, spécialement venus des Asturies (nord-ouest) et habitués à porter secours à des victimes dans les circonstances les plus difficiles, sont descendus jeudi à l’aide d’une sorte de cage métallique dans un tunnel vertical spécialement creusé parallèlement au puits.

Equipés de bouteilles d’oxygène, ils ont ensuite commencé à creuser lentement une galerie horizontale de quatre mètres afin d’atteindre le puits abandonné de 110 mètres de profondeur et de seulement 25 centimètres de diamètre, situé dans le village de Totalan (Andalousie, sud).

Les huit mineurs se relaient par équipes de deux.

«  L’excavation de la galerie horizontale à partir du puits vertical pour tenter de retrouver Julen a atteint un mètre et demi », a indiqué vendredi à la presse la sous-préfecture de Malaga, province où se situe Totalan.

Pas de preuve qu’il soit vivant

Les autorités n’ont jamais eu aucune preuve que l’enfant de deux ans était vivant. Mais des cheveux lui appartenant ainsi qu’un sachet de friandises ont été retrouvés dans le puits.

Une équipe de huit pompiers et une autre d’artificiers de la garde civile participent également à l’opération.

Les recherches lancées pour retrouver l’enfant, qui tiennent l’Espagne en haleine, ont pris une dimension tout à fait exceptionnelle en mobilisant des centaines de sauveteurs et des moyens techniques énormes. Mais leur progression a été ralentie à maintes reprises, notamment par la dureté et l’instabilité du terrain.

► Les raisons de croire à sa survie

Les secouristes avaient pu initialement introduire une caméra dans le puits mais seulement jusqu’à 71 mètres de profondeur, un amas de pierres bouchant totalement l’accès au-delà.

Selon ses parents, Julen Rosello, a chuté par accident le dimanche 13 janvier dans un puits très étroit et non signalé alors qu’il jouait sur un terrain appartenant à un membre de sa famille.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite