Protection des données personnelles: plus de 95.000 plaintes déposées dans l’Union européenne en huit mois

©D.R.
©D.R.

Plus de 95.000 plaintes ont été déposées dans les pays de l’UE depuis l’entrée en vigueur en mai 2018 de nouvelles règles de protection des données personnelles, selon des chiffres publiés vendredi par la Commission européenne.

Ces plaintes ont déjà débouché sur trois sanctions financières selon l’exécutif européen, dont l’amende record de 50 millions d’euros infligée lundi en France au géant américain Google (qui a décidé de faire appel), pour ne pas suffisamment informer ses utilisateurs sur l’exploitation de leurs données.

Il s’agit des premières conséquences concrètes de l’entrée en vigueur le 25 mai 2018 du « Règlement général sur la protection des données » (RGPD), dans un contexte de scandale planétaire provoqué par les négligences de Facebook, le réseau social américain dirigé par Mark Zuckerberg.

«  Nous sommes fiers d’avoir mis en place les règles de protection des données les plus strictes et les plus modernes au monde, qui sont en passe de devenir une norme universelle », se sont réjouis vendredi quatre commissaires européens, Frans Timmermans, Andrus Ansip, Vera Jourova et Mariya Gabriel.

«  Ce qui est en jeu, c’est non seulement la protection de notre vie privée, mais aussi la protection de nos démocraties et la durabilité de nos économies fondées sur les données », ont-ils estimé, dans un communiqué commun publié en amont de la « Journée européenne de la protection des données », le 28 janvier.

Le RGPD, c’est quoi ?

Le RGPD impose notamment à toute entreprise, sur Internet ou non, de demander un «  consentement explicite et positif » pour utiliser des données personnelles collectées ou traitées dans l’UE.

Il donne aussi aux citoyens le « droit de savoir » quand leurs données sont piratées, comme lors de la fuite massive subie par la société Uber en 2016.

Environ 41.000 « fuites de données » ont ainsi été signalées par des entreprises aux autorités compétentes depuis mai 2018, selon les chiffres de la Commission.

En cas de non-respect des règles, les entreprises s’exposent à des sanctions pouvant atteindre jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires annuel mondial.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite