Enfant tombé dans un puits en Espagne: des explosions contrôlées ralentissent les opérations de sauvetage

©Reuters
©Reuters

La garde civile espagnole a dû effectuer trois micro-explosions pour progresser dans le tunnel horizontal creusé pour atteindre le petit Julen, indiquent vendredi les médias locaux. L’enfant de deux ans était tombé il y a 12 jours dans un puits étroit et profond d’une centaine de mètres à Totalan, dans la province de Malaga. Des mineurs percent manuellement une galerie de 3,8 mètres pour relier le puits à un tunnel plus large creusé en parallèle et tenter ainsi d’atteindre l’enfant.

Depuis que les mineurs d’élite, spécialement venus des Asturies (nord-ouest) pour extraire le petit garçon, sont descendus jeudi dans le tunnel parallèle, ils ont été forcés de remonter à trois reprises pour que la garde civil procède à des micro-explosions. Le terrain est en effet particulièrement dur.

Ces explosions rallongent l’opération de secours

Chacune de ces explosions rallonge d’au moins deux heures l’opération de secours, a expliqué le porte-parole de la police militaire espagnole Jorge Martín, cité par plusieurs médias. La garde civil doit ainsi perforer la roche afin de placer les explosifs. La galerie doit ensuite être ventilée pour en évacuer les gaz résultant de la détonation, avant que les mineurs ne puissent redescendre poursuivre leur labeur.

Les huit mineurs asturiens, qui travaillent en binômes, se relaient toutes les 40 minutes. Une dizaine de gardes civils et huit pompiers sont également sur place.

Le dimanche 13 janvier, Julen Rosello avait chuté dans un puits non signalé large de 25 centimètres alors qu’il jouait non loin de ses parents, selon ces derniers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite