D6bels Music Awards: Angèle récompensée trois fois, Mustii repart bredouille

Album de l’année, artiste solo féminine de l’année et chanson française de l’année
: Angèle a de quoi être satisfaite.
Album de l’année, artiste solo féminine de l’année et chanson française de l’année : Angèle a de quoi être satisfaite. - Dominique Duchesnes.

La quatrième édition des D6bels Music Awards (DMA), qui s’est tenue vendredi soir à Média Rives à Liège, a récompensé – en direct sur la Deux – la scène pop, rock, chanson, rap et électro de la Fédération Wallonie-Bruxelles de l’année écoulée.

Des surprises durant cette émission présentée avec le sourire par Joëlle Scoriels ? Oui, il y en a bien eu. On attendait Angèle, nommée dix fois (un record historique) ? Elle a répondu présente, même si le public votant ne l’a récompensée « que » trois fois, et les pros du secteur aucune fois… Mais avec l’album de l’année, l’artiste solo féminine de l’année et la catégorie chanson française de l’année, Angèle a malgré tout le droit d’être satisfaite de sa soirée.

Mustii, six fois nommé, n’a pas eu sa chance puisqu’il s’en est retourné bredouille.

Alice On the Roof s’en sort mieux avec deux prix : dans la catégorie pop et pour le clip de l’année (« Malade », de Benjamin Hautenauve).

Pour le reste, on a eu droit à l’habituel saupoudrage. Ce qui n’empêche pas Claire Laffut, Typh Barrow, Juicy, Baloji ou Lost Frequencies de n’avoir rien gagné. Au palmarès, on retrouve donc Damso (artiste solo masculin), Roméo Elvis & Le Motel (groupe), Black Mirrors (rock), Henri PFR (électro), Caballero & Jeanjass (rap), Sonnfjord (révélation), Girls In Hawaii (concert), David Nzeyimana aka Le Colisée (musicien), Veence Hanao & Le Motel (auteur/compositeur).

Sur le même sujet
RockCommunauté française
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite