Accueil Société

Procès Nemmouche: la preuve par la syllabe et le mocassin

Pour les enquêteurs, la voix entendue sur les vidéos de revendication est bien celle de Mehdi Nemmouche. D’autres correspondances ont été trouvées en examinant ses effets personnels.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Ils étaient montés à Bruxelles pour exposer les preuves qu’ils pensent détenir à l’encontre de celui qui, il y a près de cinq ans, s’était fait serrer en descendant du bus à la gare Saint-Charles.

Devant des jurés absorbés par la démonstration scientifique et technique, les enquêteurs marseillais ont expliqué pourquoi, selon eux, la voix du vidéaste qui a réalisé les sept séquences de revendication de l’attentat au Musée Juif commis le 24 mai 2014 est bien celle de Mehdi Nemmouche. Les résultats de leurs expertises, ainsi que celles réalisées par leurs équipiers belges, ont également mis en évidence d’autres concordances (partielles ou totales) qui sont venues, ce jeudi, renforcer la présomption de culpabilité.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs