Les producteurs d’électricité ont payé 3 fois plus de quotas d’émission en 2018

Les producteurs d’électricité ont payé 3 fois plus de quotas d’émission en 2018

Les producteurs d’électricité belges ont payé l’an dernier 189 millions d’euros de quotas d’émissions de CO2, soit presque trois fois plus en l’espace d’un an, ressort-il des premières estimations du service Climat de SPF Environnement dont fait écho De Tijd samedi.

À la suite de la réforme du marché du carbone introduite par l’Union européenne, le prix du carbone est passé en un an de 7,8 à 23,4 euros par tonne de CO2. Les émissions de gaz à effet de serre sont donc devenues trois fois plus chères.

Basé sur le principe du «pollueur-payeur», le marché carbone réglemente les émissions de gaz à effet de serre en fixant un plafond maximum d’émissions de CO2. Ce plafond est réduit d’année en année.

Dans les secteurs chimique, de l’acier et du ciment, les grandes entreprises reçoivent chaque année gratuitement leur quota d’émissions de CO2, selon une clé de répartition. Si elles émettent davantage, elles doivent alors payer des droits d’émission supplémentaires. L’industrie belge a ainsi reçu gratuitement l’année dernière des droits pour l’émission de 32 millions de tonnes de CO2.

Répercussion sur les factures

De leur côté, les compagnies énergétiques n’ont pas bénéficié de quotas gratuits pour couvrir leurs émissions et ont dès lors dû payer l’entièreté de leurs émissions en achetant elles-mêmes ces permis.

Le secteur énergétique répercute le prix plus élevé de ses émissions de CO2 directement sur la facture du client, épingle la fédération belge des industries chimiques et des sciences de la vie, Essenscia. «Ce sont les familles et les entreprises qui paient la note». Ainsi, avec la répercussion directe du prix des émissions de CO2 sur la facture énergétique, une famille moyenne a payé l’an dernier environ 26,2 euros de coûts en CO2, selon des calculs du quotidien De Tijd. Il s’agit de 16,4 euros de plus que l’année précédente.

Les différentes autorités du pays ont perçu 382 millions d’euros de recettes relatives aux quantités de CO2 émises l’année dernière, soit 237 millions d’euros de plus qu’en 2017, rapporte encore De Tijd. Cela signifie que l’enveloppe consacrée à la politique climatique est plus importante puisque au moins la moitié de ces revenus doit être investie dans des mesures en faveur de l’environnement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus chinois: la course contre la montre

  2. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite