Bart De Wever: «Ce qui fait tenir la Belgique, ce sont les transferts d’argent»

Bart De Wever: «Ce qui fait tenir la Belgique, ce sont les transferts d’argent»

Les têtes d’affiches anversoises de la N-VA avaient donné rendez-vous à 800 militants samedi matin à Anvers. Une première conférence d’une série de quatre où seront abordés les principaux enjeux de la campagne, selon les nationalistes. Premier thème à l’agenda qui confirme sa volonté de relancer le débat communautaire : le confédéralisme.

« On vit dans un mic mac »

Jan Jambon, candidat au poste de Premier ministre est revenu sur le bilan économique positif de la coalition suédoise tombée en décembre dernier, suite au départ de la N-VA. « Beaucoup de choses ont changé mais pas notre analyse communautaire. Ces quatre années au centre du pouvoir l’ont même renforcée. Nous vivons dans un « mic mac » dans lequel personne ne s’y retrouve. »

Selon l’ancien ministre de l’Intérieur, les Wallons ont autant à gagner dans le confédéralisme que les Flamands. « Les gens sont fatigués de cette situation. À Bruxelles, le PS dit que la N-VA va tout bloquer. Mais c’est lui qui bloque tout !  ».

Une série de slides sur la Belgique idéale de la N-VA qui inclut deux régions autonomes (la Flandre et la Wallonie), une capitale Bruxelles où les citoyens pourraient choisir de s’inscrire dans le régime flamand ou wallon et un mécanisme de solidarité pour aider la Wallonie financièrement pendant encore 25 ans, et c’était au tour de Bart De Wever.

Le danger socialiste vu comme une opportunité

Le bourgmestre d’Anvers, désormais présenté comme le candidat à la ministre-présidence de la Flandre, a vanté le dynamisme économique de la région avant d’agiter le spectre socialiste. « Rassurez-vous – ou pas, la reconquista arrive », a-t-il lancé avant d’énumérer plusieurs propositions phares du PS qui devront être financées, insiste-t-il, par les impôts des Flamands. « Ce qui fait tenir la Belgique, ce sont les transferts d’argent. »

Bart De Wever a conclu son discours en abordant le scandale des visas humanitaires qui secoue son parti depuis deux semaines. Il a réfuté la comparaison faite par certains médias du nord du pays avec le Samusocial à Bruxelles. « Comme si nous nous étions enrichis sur le dos de migrants. Laissez-moi être clair : je suis fier et je resterai fier qu’avec Theo (Francken NDLR.) nous ayons pu aider des milliers de gens, d’avoir sauvé des chrétiens de Syrie menacés par des barbares meurtriers. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite