Météo: de la pluie avant le retour de la neige

© Belga
© Belga

Le ciel sera partiellement à très nuageux et le temps sera variable dimanche, annonce l’Institut royal météorologique (IRM) dans son bulletin matinal. Les maxima se situeront entre 2 ou 3 degrés sur les hauteurs de l’Ardenne et 7 degrés à la côte ; les températures diminueront graduellement l’après-midi. Les averses pourront être accompagnées de rafales allant jusqu’à 65 km/h.

► Nos prévisions météo région par région

Une zone d’averses active traversera la Belgique à partir de l’ouest dès le début de matinée. Un coup de tonnerre ne sera pas exclu sur la partie ouest de notre territoire et du grésil sera possible localement. L’après-midi, les averses prendront progressivement un caractère hivernal au sud du sillon Sambre et Meuse, alors que le temps deviendra temporairement plus sec sur l’ouest avec même la possibilité d’une éclaircie locale. Sur les sommets ardennais, la visibilité pourra être réduite par des nuages bas.

Dans l’intérieur des terres, le vent sera modéré à assez fort de secteur sud à sud-ouest, virant plus tard au secteur ouest à nord-ouest. Les averses pourront être accompagnées de rafales jusqu'à 65 km/h. À la côte, le vent deviendra très fort à parfois tempétueux avec des rafales jusqu'à 80 km/h, voire plus.

Le retour de la neige

Ce soir et cette nuit, les précipitations seront fréquentes sur l’ensemble du territoire. Au sud du sillon Sambre et Meuse, il s’agira de neige tenant au sol. Ces chutes de neige pourront être abondantes en Ardenne.

Dans la province de Namur, l’IRM prévoit 1 à 5 cm de neige fraîche. Dans la province du Luxembourg, 5 à 10 cm de neige fraîche et dans la province de Liège, 5 à 15 cm de neige fraîche, et possiblement plus en Hautes-Fagnes.

Sur une large partie centrale du pays, la pluie pourra progressivement se transformer en neige fondante. En fin de nuit, quelques éclaircies reviendront par l’ouest. Les minima seront compris entre -1 degré sur les hauteurs de l’Ardenne et 3 à 5 degrés dans l’ouest.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite