Tarifs des trains, tabac, travail intérimaire…: tout ce qui va changer ce 1er février

© Le Soir/Sylvain Piraux
© Le Soir/Sylvain Piraux

Les transports en commun

Le prix moyen des billets standard et week-end de la SNCB (en première et deuxième classes) diminuera de 1,89 % à partir du 1er février. Le tarif des abonnements domicile-travail et des abonnements scolaires augmentera lui de 1,18 %, contre une adaptation moyenne de 0,29 % pour tous les autres produits. Aux TEC, les titres de transport n’augmenteront pas en 2019 tandis que ceux de la Stib resteront stables pour la sixième année consécutive.

Fin décembre, la SNCB avait annoncé une adaptation annuelle moyenne de 0,69 % pour l’ensemble de ses tarifs, soit un pourcentage inférieur à la moitié de l’indice santé (1,64 %).

Les titres de transport sur le réseau TEC en Wallonie ne connaîtront par contre aucune hausse des tarifs. Avec cette décision, le gouvernement wallon veut défendre l’attrait des transports en commun en tant que solution de mobilité.

À Bruxelles, les prix des tickets et abonnements de la Stib n’augmenteront pas non plus cette année. La dernière hausse remonte à 2013, lorsque l’abonnement mensuel était passé de 47,5 à 49 euros. L’abonnement annuel coûte quant à lui 499 euros.

Le travail intérimaire désormais possible dans la fonction publique fédérale

Les administrations fédérales pourront faire appel à des intérimaires à partir de ce 1er février 2019. Un arrêté royal à ce sujet est paru au Moniteur à la mi-janvier.

Le recours à des intérimaires sera donc désormais possible au sein des services publics fédéraux, des entreprises publiques (bpost, Proximus…) et de HR Rail, l’employeur juridique du personnel des chemins de fer.

L’intérim n’est toutefois autorisé que pour le remplacement temporaire du personnel contractuel ou statutaire, pour un surcroît de travail temporaire et pour l’exécution d’un travail exceptionnel, pour une durée maximale de 12 mois.

Le travail intérimaire n’est pas permis en cas de grève ou de lock-out.

Les médicaments de sevrage tabagique mieux remboursés

À partir du 1er février 2019, les fumeurs paieront nettement moins pour tester un traitement de sevrage tabagique et ils se verront rembourser jusqu’à trois tentatives de sevrage tous les cinq ans.

Avant d’accéder à un traitement de sevrage tabagique complet, les fumeurs doivent se procurer un kit de démarrage à tester pendant deux semaines. Ce kit, vendu au prix de 49,95 euros, était jusqu’ici entièrement à charge du patient. À partir du 1er février, la quote-part personnelle s’élèvera à 9,80 euros pour les bénéficiaires du régime préférentiel et à 14,80 euros pour les autres personnes.

De plus, les fumeurs auront droit à trois traitements complets remboursés tous les cinq ans, au lieu d’un total de deux traitements auparavant.

Entrée en vigueur de l’accord commercial entre l’UE et le Japon

Approuvé mi-décembre par le Parlement européen, le vaste accord commercial entre l’UE et le Japon entrera en vigueur le 1er février prochain.

Le JEFTA (Japan-EU Free Trade Agreement) concernera quelque 600 millions de consommateurs et près d’un tiers du PIB mondial. Il supprimera la grande majorité du milliard d’euros de droits payés chaque année par les entreprises de l’UE exportant vers le Japon ainsi qu’un certain nombre d’obstacles réglementaires. Il ouvrira également le marché nippon de 127 millions de consommateurs aux principales exportations agricoles et industrielles de l’Union.

Côté européen, le secteur agroalimentaire sort grand vainqueur des discussions, l’accord supprimant les droits de douane pour presque tous les produits alimentaires, mais parfois après une période transitoire.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

  3. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite