Espagne: des centaines de personnes présentes aux funérailles du petit Julen, inhumé à Malaga

Julen Rosello, garçonnet de deux ans retrouvé mort au fond d’un puits dans le sud de l’Espagne samedi après 13 jours de recherches, a été inhumé dimanche à Malaga en présence de centaines de personnes.

La famille de Julen Rosello a pénétré dans le cimetière San Juan de Malaga sous les applaudissements de la foule massée à l’entrée, selon des images diffusées par les télévisions. Selon des proches des parents, il a été inhumé aux côtés de son frère Oliver, mort en 2017 d’une crise cardiaque à l’âge de trois ans.

Des contretemps

Julen avait chuté par accident, d’après ses parents, le dimanche 13 janvier à Totalan près de Malaga dans un puits abandonné de 25 centimètres de diamètre et plus de 100 mètres de profondeur creusé pour trouver de l’eau. L’opération de sauvetage a mobilisé d’énormes moyens pour tenter d’atteindre le garçonnet: jusqu’à 300 personnes, des artificiers et une unité de mineurs d’élite venue des Asturies (nord-ouest) ont été mobilisés et 85.000 tonnes de terre déplacées.

La dureté de la roche a multiplié les contretemps pour les sauveteurs lors des recherches qui ont tenu tout le pays en haleine.

Les premiers éléments de l’enquête

Selon les premiers éléments de l’enquête cités samedi par le préfet d’Andalousie, Julen a fait une «chute libre de 71 mètres» avant de s’arrêter sur un amas de terre. L’hypothèse la «plus probable» est qu’il ait entraîné de la terre et du sable dans sa chute, créant un autre amas de débris au-dessus de lui qui a empêché la descente d’une caméra pour le localiser.

D’après plusieurs médias espagnols, l’autopsie, réalisée samedi, a conclu que l’enfant avait subi un traumatisme crânien et était mort le jour de sa chute. Il reviendra à un juge de Malaga de déterminer les «possibles responsabilités de la mort de Julen», a affirmé le préfet qui a appelé à boucher les puits illégaux creusés dans le pays et en particulier en Andalousie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite