Les tickets pour Tomorrowland encore vendus en un rien de temps

©Belga
©Belga

Alors que les 200.000 premières préventes destinées au marché belge se sont écoulées en une heure et demie samedi matin, 100.000 autres étaient mises en vente, à l’international, à 17h. Il n’aura fallu que 50 minutes pour qu’elles trouvent preneurs.

Les Belges qui s’étaient préalablement enregistrés pouvaient se procurer des places dès 11h ce samedi pour la quinzième édition du festival. Davantage de personnes enregistrées (+30 % environ) ont été recensées par rapport à l’année dernière, « ce qui a quelque peu ralenti l’écoulement des préventes », avait indiqué le porte-parole de Tomorrowland, Debby Wilmsen. Les 200.000 billets se sont vendus en une heure et demie.

►200.000 tickets partis en 30 minutes, seulement !

Ceux qui n’avaient pas réussi à se dégoter une entrée pouvaient retenter leur chance à 17h, à l’ouverture des ventes internationales pour lesquelles 100.000 tickets étaient disponibles. Ils se sont vendus en 50 minutes.

D’autres tickets bientôt disponibles

Enfin, le 2 février, les 70.000 tickets restants seront mis en vente. Ceux-ci seront toutefois plus chers : 293 euros pour un week-end complet au lieu de 249 euros en prévente et 109 euros pour un pass journalier au lieu de 105,50 en prévente.

La 15e édition du festival mondialement connu se déroulera les week-ends du 19 au 21 et du 26 au 28 juillet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite