Accueil Société

Le climat, c’est une affaire qui marche

Le succès des manifestations pour le climat ne se dément pas. Il confirme une véritable inquiétude. Pas seulement sur l’état de l’environnement, mais sur le fonctionnement du système social et économique dans son intégralité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Alors que leur manifestation n’a bénéficié ni de la logistique d’associations professionnelles, ni de longs mois de préparation, les organisateurs de la marche pour le climat, ce dimanche à Bruxelles, ont réalisé un carton plein. Quelques dizaines de milliers d’internautes avaient bien signalé leur « intérêt » pour la marche, mais on se disait que l’insoutenable légèreté de Facebook, combinée aux rigueurs de la météo, allait ramener tout ce beau monde à la réalité. Contre toute attente, 70.000 personnes ont affronté un temps de chien, jusqu’au Parlement européen. Et des centaines ont fait le pied de grue devant la zone neutre pour tester les limites de la légalité. Une quinzaine de ceux qui voulaient déployer des banderoles ont finalement été arrêtés sans autre incident.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Opo , lundi 28 janvier 2019, 16:48

    Les « climatologues » en général et, particulièrement, ceux qui occupent le devant de la scène (Jouzel, Van Ypersele…), ont une attitude et un comportement aux antipodes de la science. En effet, ce qui définit essentiellement la science, c’est que son objet soit falsifiable ; c’est-à-dire que les ‘vérités’ qu’elle énonce soient, contrairement aux dogmes, susceptibles d’être réfutées dans une discussion entre scientifiques. Or, le GIEC et nos deux tristes personnages refusent systématiquement toute discussion et toute confrontation avec des savants climatosceptiques. Cela devrait suffire pour jeter un doute parfaitement légitime sur leurs thèses. D’autre part, tout physicien compétant et connaissant un minimum d’aéronomie et de spectroscopie, peut démontrer facilement que l’effet de serre, s’il explique bien la température moyenne de la surface terrestre, ne peut en aucun cas expliquer sa variation, soit le changement climatique. Car, l’effet de serre dû au CO2 est complètement saturé et le doublement ou le triplement de la quantité de CO2, n’y ajoutera rien que de marginal, tout comme un mur noirci de quatre couches de peinture noire ne deviendra pas plus noir si on y ajoute quatre autres couches (ou cent). Faut-il même être physicien pour comprendre cela ? Les modèles du Giec sont une fumisterie de pataphysiciens, et tout le beau monde y croit comme toute la société savante et tous le dirigeants du XVIIè siècle croyaient aux sorcières. Les jeunes dans la rue et les prof de géographie, militants écolo, qui poussent les jeunes à manifester, sont le plus grand scandale de l’année. Instrumentaliser des écoliers pour faire triompher une ânerie : voilà ce qu’on leur apprend ; d’ailleurs, à quoi rime l’avis d’Alain Juppé, de Ségolène Royal, d’Al Gore ou de Bouli Lammers dans une question qui les dépasse et où ils ne devraient avoir aucune autorité, sauf si elle repose sur le dogme ?

  • Posté par Dopchie Henri, lundi 28 janvier 2019, 14:31

    "Droits de tirage sous forme de prêts"... nous allons encore nous endetter? Nos petits-enfants hériteront donc de notre climat, de nos musulmans et de nos dettes, et aussi de notre PS!

  • Posté par Scyeur Emile, lundi 28 janvier 2019, 10:51

    Il y a moyen de critiquer le monde actuel et d'imaginer des solutions, sans être ni communiste , ni d'extrême-droite. Bien entendu, ça va être difficile de mettre tout le monde d'accord. On pourrait par exemple décourager l'utilisation de navires de croisière très polluants. Une croisière d'accord mais en limitant la pollution.

  • Posté par Philippe Pasman, lundi 28 janvier 2019, 9:23

    Le plus vexant est que dès que vous contesté la responsabilité anthropogène sur le réchauffement climatique en vous référent à des études publiés par des physiciens ( François Gervais rapporteur critique officiel du giec, Vincent Courtillot géophysicien professeur d’université et bien d’autres encore),vous vous faites traiter de fachiste, d’extrême droite etc… Ce qui montre bien que le débat n’est pas Seraing, n’est pas ouvert et donc devient sectaire.

  • Posté par Bihin Jean-Paul, lundi 28 janvier 2019, 7:31

    Intéressant de faire le lien entre cette mobilisation et l'excellent dossier publié par ce journal ce matin sur l'industrie agroalimentaire et le lien entre dénutrition, obésité et changements climatique.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs