Venezuela: Guaido appelle à manifester pour faire basculer l’armée

Venezuela: Guaido appelle à manifester pour faire basculer l’armée

Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, a appelé à deux nouvelles manifestations, mercredi et samedi, pour faire basculer l’armée, principal soutien du président élu Nicolas Maduro, et accompagner l’ultimatum européen en faveur d’élections libres.

«Mercredi de midi à 14h, partout au Venezuela nous descendrons dans les rues (...) pour exiger des forces armées qu’elles se mettent du côté du peuple, et samedi (nous appelons à) une grande mobilisation dans tout le Venezuela et le monde pour accompagner le soutien de l’Union européenne et l’ultimatum», a déclaré dimanche soir le député de droite de 35 ans, chef du Parlement.

Six pays européens (Espagne, France, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal, Pays-Bas) ont donné samedi à Nicolas Maduro huit jours pour convoquer des élections, faute de quoi ils reconnaîtront Juan Guaido comme président. L’ultimatum expirera dimanche.

L’Union européenne a brandi pour sa part une menace plus floue: elle «prendra des mesures» si des élections ne sont pas convoquées «dans les prochains jours», y compris concernant «la reconnaissance du leadership» dans le pays.

Samedi, «nous célébrerons ce soutien inédit du monde entier à notre cause, mais aussi en comptant sur le fait que sera sur le point d’expirer l’ultimatum de l’Union européenne (sic), pour parvenir à la fin de l’usurpation, au gouvernement de transition et à la convocation d’élections libres», s’est félicité Juan Guaido.

Jusqu’à présent, Nicolas Maduro se montre inflexible. «Personne ne peut nous donner d’ultimatum», a-t-il déclaré à la chaîne CNN Turk.

«Pas le moment d’avoir peur»

Encouragé par le soutien international, Juan Guaido cherche à fissurer la loyauté de l’armée, essentielle au maintien au pouvoir de Nicolas Maduro depuis 2013.

Il offre donc l’amnistie aux fonctionnaires et militaires acceptant de le soutenir, dans une loi que ses partisans se sont chargés de distribuer dimanche aux centres de police et de l’armée du pays.

«Aujourd’hui, nous sommes allés tendre la main (...) Soldat du Venezuela, nous plaçons nos espoirs en toi et en ton engagement envers notre Constitution», a-t-il déclaré. «Ce n’est pas le moment d’avoir peur».

Face aux opposants qui leur remettaient le texte de loi, certains soldats ont toutefois brûlé ou déchiré le document, qui offre «toutes les garanties constitutionnelles» aux militaires et civils qui «collaborent à la restitution de la démocratie».

► Maduro rejette l’ultimatum européen demandant des élections

«Traîtres jamais, loyaux toujours!»

Pendant ce temps, Nicolas Maduro supervisait des exercices militaires au Fort Paramacay, dans le nord du Venezuela.

«Genou à terre pour combattre le coup d’Etat, je le dis à toutes les forces armées bolivariennes: union maximale, discipline maximale, cohésion maximale», a-t-il lancé aux troupes.

Il les a aussi mises en garde: «Etes-vous des putschistes ou respectez-vous la Constitution? (...) Traîtres jamais, loyaux toujours!»

Des dissensions commencent en effet à apparaître. Attaché militaire du Venezuela à Washington, le colonel José Luis Silva a annoncé samedi ne plus reconnaître M. Maduro comme président légitime et a exhorté ses «frères militaires» à faire de même.

«Soldat du Venezuela, je te donne un ordre: ne réprime pas les manifestations pacifiques (...), ne tire pas sur le peuple», a lancé Juan Guaido, après une semaine de mobilisations qui s’est soldée par 29 morts et plus de 350 arrestations.

Caracas garde des amis

La liste des soutiens internationaux de M. Guaido ne cesse de s’allonger: après Israël, c’est l’Australie qui a annoncé dimanche le reconnaître comme président par intérim «jusqu’à ce que des élections se tiennent».

Mais Caracas garde des amis à l’étranger, notamment la Russie, qui a exigé «la fin» d’«une ingérence cynique et non-dissimulée dans les affaires d’un Etat souverain».

Dans son camp se trouvent aussi la Chine, la Corée du Nord, la Turquie, le Nicaragua et Cuba notamment.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10823764-011

  2. Des leaders de l’AfD ont marché aux côtés de néonazis dans le cadre d’une marche funèbre organisée à Chemnitz en 2018
: «
La mobilisation des partis de droite à Chemnitz s’est faite de manière relativement spontanée.
»

    Quand une chercheuse infiltre les réseaux sociaux de l’extrême droite

  3. Loin de la frénésie du Qatar, Freddy Herbrand n’est nulle part mieux ailleurs que chez lui, à Malmedy, où il a une vue imprenable sur la vallée de Bellevaux.

    Freddy Herbrand, le Belge qui a lancé l’athlétisme au Qatar

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite