Vente libre de produits médicaux: «Une bonne chose pour le consommateur», estime Comeos

Vente libre de produits médicaux: «Une bonne chose pour le consommateur», estime Comeos

Le secteur du commerce se réjouit lundi qu’une série de produits médicaux, comme des pansements et des sondes stériles, va pouvoir être vendue dans les supermarchés, selon une décision de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. Une bonne chose pour le consommateur qui pourra s’attendre à des prix réduits, réagit Comeos, la fédération du commerce et des services.

>Pansements, sondes...: des dispositifs médicaux moins chers et plus aisés à trouver

« La vente libre de produits médicaux n’offre que des avantages au consommateur car ce marché offre la garantie d’un prix correct », estime le CEO de Comeos, Dominique Michel, dans un communiqué. « En France, le prix dans les supermarchés est inférieur de 20 à 30 % à celui pratiqué dans les pharmacies. »

En outre, les pays voisins pratiquent déjà cette vente libre, sans qu’aucun problème pour la santé publique ne survienne, insiste le CEO.

Enregistrement obligatoire

Les nouvelles règles, en vigueur à partir du 7 février, valent pour tous les dispositifs médicaux sans prescription, tels que le matériel stérile, les pommades chauffantes… Pour ceux qui nécessitent une prescription médicale, il faudra toujours se rendre dans les pharmacies. Celles-ci resteront d’ailleurs le point de vente exclusif des médicaments.

Par ailleurs, les nouveaux revendeurs devront se faire enregistrer au préalable auprès de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé qui assure les contrôles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous