KBC promet un crédit immobilier en 10 minutes top chrono

L’offre ne s’applique que si on est client depuis «
au moins un mois et salarié
».
L’offre ne s’applique que si on est client depuis « au moins un mois et salarié ». - Mathieu GOLINVAUX

Un crédit immobilier en 10 minutes top chrono ? C’est la nouvelle promesse du bancassureur KBC (et de ses filiales KBC Bruxelles et CBC) qui vient après une phase test d’intégrer la fonctionnalité à son application smartphone.

Originalité de la démarche : sur base de votre profil de risque, de vos données clients et, bien sûr, des autres produits financiers de l’institution auxquels vous accepterez de souscrire, vous disposerez très rapidement d’une promesse de crédit « définitive et personnalisée ».

De quoi vous donner un sérieux avantage sur la concurrence si vous êtes plusieurs sur le coût pour acheter la maison de vos rêves. La promesse sera en effet tenue : l’offre ne sera pas assortie de conditions suspensives. Dans les 24 heures, un conseiller vous reviendra avec les dernières modalités administratives mais sans modifier les conditions qui vous ont été communiquées.

Précisons que l’offre communiquée par le bancassureur (le processus est totalement automatisé) est « omnichannel », elle est donc valable et identique auprès de tous les autres canaux de KBC (agences, call center…).

N’essayez plus de convaincre votre banquier

Attention, cependant, pour bénéficier de l’opportunité, il vous faudra être client depuis « au moins un mois et salarié ». La banque, pour analyser votre cas particulier, devra en effet disposer d’une batterie de données privées, ce qui par définition n’est pas possible auprès d’un prospect. « Nous lancerons dans le courant de l’année la même offre mais adaptée à nos futurs clients et aux indépendants. L’idée est de s’aider de données privées dont disposent des tiers pour pouvoir formuler une offre aussi précise », précise Denis Claikens, en charge des crédits chez CBC.

Une formule innovante qui signe également la fin de « la phase de négociation ». La proposition que vous obtenez étant « par définition la meilleure pour vous », n’essayez pas a posteriori de convaincre votre banquier de la raboter après avoir obtenu d’éventuelles meilleures propositions ailleurs. « Ce sera bien le premier et le dernier taux », confirment les équipes du bancassureur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. pluie_0

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite