KBC promet un crédit immobilier en 10 minutes top chrono

L’offre ne s’applique que si on est client depuis «
au moins un mois et salarié
».
L’offre ne s’applique que si on est client depuis « au moins un mois et salarié ». - Mathieu GOLINVAUX

Un crédit immobilier en 10 minutes top chrono ? C’est la nouvelle promesse du bancassureur KBC (et de ses filiales KBC Bruxelles et CBC) qui vient après une phase test d’intégrer la fonctionnalité à son application smartphone.

Originalité de la démarche : sur base de votre profil de risque, de vos données clients et, bien sûr, des autres produits financiers de l’institution auxquels vous accepterez de souscrire, vous disposerez très rapidement d’une promesse de crédit « définitive et personnalisée ».

De quoi vous donner un sérieux avantage sur la concurrence si vous êtes plusieurs sur le coût pour acheter la maison de vos rêves. La promesse sera en effet tenue : l’offre ne sera pas assortie de conditions suspensives. Dans les 24 heures, un conseiller vous reviendra avec les dernières modalités administratives mais sans modifier les conditions qui vous ont été communiquées.

Précisons que l’offre communiquée par le bancassureur (le processus est totalement automatisé) est « omnichannel », elle est donc valable et identique auprès de tous les autres canaux de KBC (agences, call center…).

N’essayez plus de convaincre votre banquier

Attention, cependant, pour bénéficier de l’opportunité, il vous faudra être client depuis « au moins un mois et salarié ». La banque, pour analyser votre cas particulier, devra en effet disposer d’une batterie de données privées, ce qui par définition n’est pas possible auprès d’un prospect. « Nous lancerons dans le courant de l’année la même offre mais adaptée à nos futurs clients et aux indépendants. L’idée est de s’aider de données privées dont disposent des tiers pour pouvoir formuler une offre aussi précise », précise Denis Claikens, en charge des crédits chez CBC.

Une formule innovante qui signe également la fin de « la phase de négociation ». La proposition que vous obtenez étant « par définition la meilleure pour vous », n’essayez pas a posteriori de convaincre votre banquier de la raboter après avoir obtenu d’éventuelles meilleures propositions ailleurs. « Ce sera bien le premier et le dernier taux », confirment les équipes du bancassureur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite