Charles Michel sur le climat: «Beaucoup a été fait, mais peut-être pas assez expliqué»

Le Soir/Bruno D’Alimonte
Le Soir/Bruno D’Alimonte

Au lendemain d’une nouvelle manifestation pour le climat qui a mobilisé 70.000 personnes dans la capitale, le Premier ministre Charles Michel a affirmé que le climat faisait partie de ses priorités. Mais «  nous devons dire la vérité : nous devons assurer la sécurité d’approvisionnement et des tarifs raisonnables, et en même temps respecter nos engagements internationaux. Ce n’est pas évident », a -t-il déclaré lors de son discours à la session d’ouverture des journées de contact diplomatique.

Ces dernières années, « beaucoup a été fait, beaucoup a été réalisé, mais peut-être pas assez expliqué », a estimé M. Michel devant les diplomates belges. Il a renvoyé aux investissements supplémentaires dans les énergies renouvelables sous cette législature et a donné l’exemple du parc éolien en mer du Nord.« L’énergie qui y est produite équivaut à celle de quatre centrales nucléaires », a-t-il souligné.

Les obligations vertes (ou « green bonds »), qui doivent stimuler les investissements dans des projets durables, sont aussi devenues une réalité sous le gouvernement Michel. « Nous étions le deuxième pays européen à rendre cela possible », s’est félicité le Premier ministre.

Alors que les marches pour le climat sont un signal clair adressé aux gouvernements, le climat fait partie de ses trois priorités, avec la mobilité et la numérisation, a-t-il assuré.

« Les points sur les i » pour le pacte de l’Onu

Par ailleurs, Charles Michel a entamé son discours en voulant «  mettre les points sur les i  » quant au pacte de l’Onu sur la migration.« Quand j’ai pris la décision de m’engager dans ce pacte, j’ai pensé à la Première guerre mondiale. Juste quelques semaines auparavant, nous avions commémoré la fin de cette guerre. Les deux guerres mondiales ont été la conséquence de l’égoïsme, du nationalisme, du repli sur soi, du refus de collaborer. C’est à cela que j’ai pensé à New York et Marrakech. Pour les défis globaux, comme la migration, il faut une approche globale », a-t-il affirmé.

Chaque année pendant une semaine, les ambassadeurs, consuls-généraux et représentants permanents auprès d’institutions internationales se réunissent à Bruxelles lors des journées diplomatiques.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite