Charles Michel sur le climat: «Beaucoup a été fait, mais peut-être pas assez expliqué»

Le Soir/Bruno D’Alimonte
Le Soir/Bruno D’Alimonte

Au lendemain d’une nouvelle manifestation pour le climat qui a mobilisé 70.000 personnes dans la capitale, le Premier ministre Charles Michel a affirmé que le climat faisait partie de ses priorités. Mais «  nous devons dire la vérité : nous devons assurer la sécurité d’approvisionnement et des tarifs raisonnables, et en même temps respecter nos engagements internationaux. Ce n’est pas évident », a -t-il déclaré lors de son discours à la session d’ouverture des journées de contact diplomatique.

Ces dernières années, « beaucoup a été fait, beaucoup a été réalisé, mais peut-être pas assez expliqué », a estimé M. Michel devant les diplomates belges. Il a renvoyé aux investissements supplémentaires dans les énergies renouvelables sous cette législature et a donné l’exemple du parc éolien en mer du Nord.« L’énergie qui y est produite équivaut à celle de quatre centrales nucléaires », a-t-il souligné.

Les obligations vertes (ou « green bonds »), qui doivent stimuler les investissements dans des projets durables, sont aussi devenues une réalité sous le gouvernement Michel. « Nous étions le deuxième pays européen à rendre cela possible », s’est félicité le Premier ministre.

Alors que les marches pour le climat sont un signal clair adressé aux gouvernements, le climat fait partie de ses trois priorités, avec la mobilité et la numérisation, a-t-il assuré.

« Les points sur les i » pour le pacte de l’Onu

Par ailleurs, Charles Michel a entamé son discours en voulant «  mettre les points sur les i  » quant au pacte de l’Onu sur la migration.« Quand j’ai pris la décision de m’engager dans ce pacte, j’ai pensé à la Première guerre mondiale. Juste quelques semaines auparavant, nous avions commémoré la fin de cette guerre. Les deux guerres mondiales ont été la conséquence de l’égoïsme, du nationalisme, du repli sur soi, du refus de collaborer. C’est à cela que j’ai pensé à New York et Marrakech. Pour les défis globaux, comme la migration, il faut une approche globale », a-t-il affirmé.

Chaque année pendant une semaine, les ambassadeurs, consuls-généraux et représentants permanents auprès d’institutions internationales se réunissent à Bruxelles lors des journées diplomatiques.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite