Accueil Société

Le pire et le meilleur de Marseille au cœur du procès Nemmouche

La Marseille des cités a fourni les armes de l’attentat, estime l’accusation. Les douaniers de Marseille, eux, ont mis un terme à la cavale du tueur présumé du Musée juif.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Le pire et le meilleur de Marseille étaient invités à la cour d’assises de Bruxelles, lundi, au sixième et dernier jour, des témoignages des deux juges d’instruction et des enquêteurs commis à l’enquête sur l’attentat du Musée juif de Belgique, commis le 24 mai 2014.

Le pire, a expliqué un enquêteur, ce sont ces 174 cités, trop souvent sous l’emprise de gangs de la drogue, des règlements de compte meurtriers, du trafic d’armes. Nacer Bendrer, le complice présumé de Mehdi Nemmouche, baignait dans cette délinquance d’habitude à la cité Air Bel (lire ci-contre).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs