Cuba: une tornade fait au moins 4 morts et 195 blessés

© AFP
© AFP

Au moins quatre personnes ont été tuées et 195 blessées par une tornade qui a frappé La Havane dans la nuit de dimanche à lundi, selon un bilan officiel qui pourrait encore s’alourdir.

Le site internet officiel Cubadebate a indiqué que « La Havane a été frappée par une puissante tornade qui peut être comparée à un ouragan de catégorie 4 ou 5, même si son impact est plus localisé ».

© Reuters
© Reuters

Des vents de 300 km/h ont été enregistrés pendant le passage de la tornade sur la ville, qui a duré seize minutes, a affirmé le directeur de l’Institut de météorologie (Insmet), Celso Pazos. Un expert au sein de cet institut, Armando Caymares, a expliqué que «  les gens ont senti comme le bruit d’un avion à réaction ».

Des journalistes de l’AFP ont constaté que des rues du quartier de Luyano, dans la municipalité du 10-Octobre, étaient remplies de débris. Des morceaux de balcons se sont détaché de certains bâtiments et certaines rues étaient coupées par des arbres et des poteaux abattus.

© Reuters
© Reuters

Les autres secteurs de la capitale cubaine affectés sont ceux de Santos Suarez, Via Blanca et Chibas.

« Nous sommes en train de visiter les lieux touchés par ce phénomène météorologique de grande intensité à Regla », un quartier du sud-est de La Havane, avait indiqué sur Twitter lundi matin le président cubain Miguel Diaz-Canel.

« Il y a de graves dégâts, et pour le moment nous déplorons la perte de trois vies humaines et dénombrons 172 blessés », avait-il également indiqué, en ajoutant que des secours étaient à l’oeuvre sur les sites sinistrés.

Un millier d’habitations touchées

Un nouveau bilan officiel a été donné lundi soir, faisant état de quatre morts et 195 blessés, dont plusieurs sont dans un état grave.

© Reuters
© Reuters

Quelque 1.238 habitations ont été endommagées par la tornade, dont 124 sont entièrement détruites, a affirmé par ailleurs Juan Montalvo, un responsable du gouvernement provincial.

« Forte tornade sur La Havane. Cela m’est tombé dessus dans la rue, en voiture, avec mon épouse et mes enfants. J’ai dû éviter des branches tombées, des inondations et des vents violents. C’était effrayant », a raconté l’acteur Luis Silva, surnommé « Panfilo », qui avait rencontré le président américain Barack Obama lors de sa visite historique dans l’île en 2016.

© Reuters
© Reuters

La tornade est survenue durant une tempête qui a affecté la partie occidentale de Cuba, avec des rafales atteignant jusqu’à 100 km/h, et qui se prolongeait lundi matin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite