Tour de San Juan: succès de Julian Alaphilippe dans la 2e étape, Remco Evenepoel meilleur jeune

©Photonews
©Photonews

Julian Alaphilippe a remporté la 2e étape du 37e Tour de San Juan cycliste (2.1), lundi en Argentine. Elle menait les coureurs de Chimbas à Peri Lago Punta Negra (132,5 km). Le Français offre à son équipe Deceuninck-Quick Step sa 3e victoire de la saison après celles d’Elia Viviani à la 1e étape du Tour Down Under le 15 janvier et à la Cadel Evans Great Ocean Road Race à Geelong, dimanche en Australie. Le vainqueur de la dernière Flèche Wallonne a résisté au retour de l’Italien Simone Consonni (UAE-Team Emirates), 2e, et du Slovaque Peter Sagan (BORA-hansgrohe), 3e.

Jens Keukeleire (Lotto Soudal), premier Belge, a franchi la ligne en 4e position. Fernando Gaviria (UAE-Team Emirates), lauréat de la première étape dimanche, conserve le maillot de leader du général avec trois secondes d’avance sur Alaphilippe. Consonni est 3e à 7 secondes et Sagan 4e à 9 secondes.

Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step), qui disputait à 19 ans sa 2e course professionnelle, a endossé le maillot du meilleur jeune après avoir terminé en compagnie des meilleurs.

La deuxième étape a été raccourcie à cause de la chaleur. Les températures légèrement supérieures à 40 degrés Celsius ont raccourci l’étape de 28 km et le peloton a également connu une montée de moins, trois au lieu de quatre sur la Punta Negra, un col de 3e catégorie, long de 1,5 km à une moyenne de 8,3 %. Ils se sont aussi élancés une demi-heure plus tard afin d’éviter la plus forte chaleur.

Quatre coureurs se sont lancés dans une aventure : le Brésilien André Gohr, le Néo-Zélandais Hamish Schreurs, le Mexicain Miguel Alvarez et le Chilien Bravo Edison. Le peloton leur a donné un maximum de trois minutes et c’est Deceuninck – Quick Step qui a pris le commandement de la poursuite. Hamish Schreurs, le dernier attaquant a été rejoint à environ 8,5 km de l’arrivée.

Le sommet de la dernière montée était situé à 2,5 km de la ligne d’arrivée, l’occasion idéale pour les punchers et donc Lotto Soudal, troisième l’an dernier avec Benoot à cette arrivée, s’est également impliqué dans les débats. Le peloton s’amincissait dans cette dernière côte. Alaphilippe remontait en troisième position. Remco Evenepoel était également à l’avant, au 8e ou 9e rang. Alaphilippe accéléra à environ 350 mètres du sommet, Benoot dans sa roue, tout comme Quintana. Le trio creusa un écart, mais Quintana n’a pas coopéré si bien que le Français s’en est allé seul. Benoot et Quintana ont été avalés par ce qui restait du peloton. Les BORA-hansgrohe chassèrent derrière Alaphlippe, au service de Sagan, mais Evenepoel s’installa bien entre eux et perturba la poursuite favorisant ainsi le succès de son leader.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il entame sa 17
e
 saison à la tête de Sport Vlaanderen-Baloise. @Michel Tonneau

    Par Adelie Reginster

    Route

    Cyclisme: Christophe Sercu, le pilote de l’ombre

  • Froome reprend la compétition, avec la Grande Boucle en point de mire.

    Par S.Cl

    Route

    La résurrection de Chris Froome prend un nouveau tournant

  • ©News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Tour de l’Algarve: Remco Evenepoel toujours plus haut, toujours plus grand

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite