Dans son discours aux autorités, le roi Philippe soutient les jeunes marcheurs pour le climat

Le Roi continue sur sa ligne de discours un peu plus politiques. D’entrée de jeu ce mardi, devant les autorités du pays, à l’occasion de ses vœux, il aborde les affaires courantes. « Nous commençons cette année de façon inhabituelle, avec un gouvernement en affaires courantes. De mes entretiens menés avec le président de la Chambre, le premier ministre et les présidents de partis, je retiens qu’il existe une volonté unanime de garantir la bonne gestion du pays et la défense des intérêts à long terme de la population ». Relevant que d’autres pays européens « connaissent des divisions et des paralysies »

Et en conclusion de son allocution aussi, il s’adresse aux politiques : « Les institutions dont vous avez la charge sont le ciment de notre société démocratique. (.) Au cours des prochains mois, dans la perspective de la nouvelle législature européenne, fédérale et régionale, votre tâche sera lourde et délicate. Le pays compte sur vous ».

Mais le passage royal le plus engagé se trouve au cœur du discours et de l’actualité. Dès le 2e paragraphe, Philippe évoque l’enjeu climatique. D’abord de manière large : « Au niveau international de nouvelles résistances se font jour sur des sujets aussi fondamentaux que le climat, la migration ou le commerce international. Ce sont pourtant des domaines où une intense collaboration est indispensable ».

Puis il resserre le propos à la scène belge. Se mettant du côté des jeunes défenseurs du climat  : « Les jeunes montrent de l’ambition alliée à de profonds sentiments d’authenticité et de solidarité. Ils ont une conscience aiguë des besoins de notre planète. Donnons-leur la place qu’ils méritent et établissons avec eux le socle solide sur lequel ils pourront s’appuyer ».

Mais ce sont les différents mouvements sociaux actuels que Philippe appelle à écouter. Pour établir avec eux un nouveau projet : « Ce qui doit aussi nous encourager, c’est la mobilisation citoyenne qui illustre bien la vitalité de notre société et le souhait de contribuer à forger ensemble notre avenir. Nos démocraties sont sous pression, mais elles sont bien vivantes. Elles restent porteuses d’idéaux et de valeurs irremplaçables comme celles de l’écoute et du dialogue. Les divers mouvements auxquels nous assistons expriment une volonté d’action collective. Ils demandent une nouvelle dynamique économique et sociale, plus équitable. Et une adaptation fondamentale de nos modes de vie afin d’éviter un dérèglement irréversible de notre planète. Rassemblons toutes ces énergies dans un projet qui crée de nouvelles opportunités pour tous nos concitoyens. Un projet et une vision qui se traduisent dans des avancées concrètes ».

Il invite donc les autorités à travailler ensemble à ce nouveau projet, mais aussi à se rapprocher des citoyens. Qu’ils doivent écouter.

Le discours dans son intégralité :

Sur le même sujet
Société
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite