Dans son discours aux autorités, le roi Philippe soutient les jeunes marcheurs pour le climat

Le Roi continue sur sa ligne de discours un peu plus politiques. D’entrée de jeu ce mardi, devant les autorités du pays, à l’occasion de ses vœux, il aborde les affaires courantes. « Nous commençons cette année de façon inhabituelle, avec un gouvernement en affaires courantes. De mes entretiens menés avec le président de la Chambre, le premier ministre et les présidents de partis, je retiens qu’il existe une volonté unanime de garantir la bonne gestion du pays et la défense des intérêts à long terme de la population ». Relevant que d’autres pays européens « connaissent des divisions et des paralysies »

Et en conclusion de son allocution aussi, il s’adresse aux politiques : « Les institutions dont vous avez la charge sont le ciment de notre société démocratique. (.) Au cours des prochains mois, dans la perspective de la nouvelle législature européenne, fédérale et régionale, votre tâche sera lourde et délicate. Le pays compte sur vous ».

Mais le passage royal le plus engagé se trouve au cœur du discours et de l’actualité. Dès le 2e paragraphe, Philippe évoque l’enjeu climatique. D’abord de manière large : « Au niveau international de nouvelles résistances se font jour sur des sujets aussi fondamentaux que le climat, la migration ou le commerce international. Ce sont pourtant des domaines où une intense collaboration est indispensable ».

Puis il resserre le propos à la scène belge. Se mettant du côté des jeunes défenseurs du climat  : « Les jeunes montrent de l’ambition alliée à de profonds sentiments d’authenticité et de solidarité. Ils ont une conscience aiguë des besoins de notre planète. Donnons-leur la place qu’ils méritent et établissons avec eux le socle solide sur lequel ils pourront s’appuyer ».

Mais ce sont les différents mouvements sociaux actuels que Philippe appelle à écouter. Pour établir avec eux un nouveau projet : « Ce qui doit aussi nous encourager, c’est la mobilisation citoyenne qui illustre bien la vitalité de notre société et le souhait de contribuer à forger ensemble notre avenir. Nos démocraties sont sous pression, mais elles sont bien vivantes. Elles restent porteuses d’idéaux et de valeurs irremplaçables comme celles de l’écoute et du dialogue. Les divers mouvements auxquels nous assistons expriment une volonté d’action collective. Ils demandent une nouvelle dynamique économique et sociale, plus équitable. Et une adaptation fondamentale de nos modes de vie afin d’éviter un dérèglement irréversible de notre planète. Rassemblons toutes ces énergies dans un projet qui crée de nouvelles opportunités pour tous nos concitoyens. Un projet et une vision qui se traduisent dans des avancées concrètes ».

Il invite donc les autorités à travailler ensemble à ce nouveau projet, mais aussi à se rapprocher des citoyens. Qu’ils doivent écouter.

Le discours dans son intégralité :

Sur le même sujet
Société
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite