Les importations belges de viande de kangourou font bondir Gaïa

©Pexels
©Pexels

C’est un point méconnu de notre histoire : la Belgique est le premier importateur au monde de viande de kangourou destinée à la consommation humaine. Sous l’étiquette « gibier », plus d’un quart des produits viandeux dérivés de l’animal passent par notre pays. Où ils sont consommés, mais surtout réexportés. Les 632 tonnes importées en 2016 représentent 180.000 animaux. La Belgique réexporterait 60 % de ses stocks de kangourou.

Cela ne plaît franchement pas à Gaïa. L’organisation de défense des animaux lance aujourd’hui une campagne visant à obtenir le retrait de la viande du marsupial des grandes surfaces, mais surtout à ce que le gouvernement fédéral décrète une interdiction pure et simple d’importation. « Cette décision a été prise naguère à l’encontre des produits issus des phoques, plaide Michel Vandenbosch, président de Gaïa. On pourrait en faire de même avec le kangourou. Et pour les mêmes raisons ».

Les bébés tués ou abandonnés

Chaque année, environ 1,6 million de kangourous sont en effet chassés et tués dans des conditions particulièrement cruelles, accuse Gaïa. En Australie, l’animal est considéré comme nuisible, en raison notamment des dégâts qu’il occasionne dans les exploitations agricoles. La chasse se déroule habituellement de nuit en utilisant des puissants projecteurs qui aveuglent l’animal et le paralysent. Pire, poursuit l’organisation de protection des animaux, « entre 2000 et 2009, 800.000 « joeys », les très jeunes kangourous, (encore dans la poche de leur mère) et 300.000 moins jeunes (capables de se déplacer) ont été soit massacrés, soit abandonnés à une mort certaine dans le cadre de la chasse commerciale ». C’est ce que montre un documentaire australien récemment primé à Malbourne.

En Belgique, Aldi, Colruyt et Lidl ont retiré la viande de kangourou de leur rayon boucherie. Delhaize s’est récemment engagé à faire de même. Dans une pétition lancée ce mardi, Gaïa demande à Makro, Carrefour, Match, Spar et Cora de suivre le mouvement.

D’autant, dit l’organisation, que devant le risque de retrouver la bactérie E. coli et des salmonelles dans la viande, les industriels la nettoient régulièrement « avec de l’acide acétique et de l’acide lactique ». Cette pratique, dit Gaïa, est interdite dans l’Union européenne. Des analyses pratiquées sur neuf échantillons de steaks vendus en Belgique ont conclu à une suspicion « d’ajout d’acide lactique ». L’autorité européenne de sécurité alimentaire est actuellement en train d’investiguer la dangerosité de l’utilisation d’acide lactique pour le conditionnement de la viande de kangourou.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite