Ysaline Bonaventure continue sur sa lancée à Saint-Pétersbourg et se hisse au 2e tour

@News
@News

Issue des qualifications, Ysaline Bonaventure (WTA 148) s’est imposée 6-4, 7-6 (3) après 1h40 de jeu contre la Tchèque Katerina Siniakova (WTA 38) au premier tour du tournoi de tennis WTA Premier de Saint-Pétersbourg, épreuve disputée sur surface dure et dotée de 823.000 dollars, mardi en Russie.

Après un début de match poussif et quelques erreurs en revers, Bonaventure a vu Siniakova mener 0-3. Retrouvant ensuite le fil de son jeu, alternant longueur de balle et attaques précises, la Stavelotaine a remporté six des sept prochains jeux, empochant la première manche (6-4).

Le second set, disputé, a vu Bonaventure faire le break dans le 7e jeu (4-3) mais la Tchèque, 22 ans et N.1 mondiale en double, a directement refait son retard. Au tie-break, la Belge de 24 ans s’est montrée la plus performante au service, ponctuant la rencontre sur un ace (7-3).

C’est la troisième fois de sa carrière qu’elle s’impose contre une joueuse du top 50 après avoir déjà écarté la Slovaque Viktoria Kuzmova (WTA 45) dimanche au dernier tour des qualifications.

Avec la Néerlandaise Kiki Bertens (WTA 8/N.2), un nouveau défi attend la Belge au deuxième tour du tournoi russe.

Bonaventure continue donc sur la lancée de sa participation au tableau final de l’Open d’Australie, où elle a disputé un premier tour en Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. Avant Melbourne Park, il fallait remonter au tournoi de Washington en juillet 2018 pour voir la Liégeoise disputer un tableau final d’un tournoi WTA.

Lundi, le duel belgo-belge entre Alison Van Uytvanck (WTA 52) et Kirsten Flipkens (WTA 55) a tourné en faveur de Van Uytvanck, qui s’est imposée 6-2, 6-4. La joueuse de Grimbergen, 24 ans, défiera au 2e tour la Biélorusse Aryna Sabalenka (WTA 10), dispensée du premier en tant que 4e tête de série.

Mercredi, Van Uytvanck et Flipens, associées en double, affronteront au premier tour la Russe Yana Sizikova et la Polonaise Paula Kania.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par François Laurent

    ATP - WTA

    Maria Sharapova, les adieux d’une diva

  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite