Trafic de visas humanitaires: Theo Francken nie tout traitement préférentiel

Trafic de visas humanitaires: Theo Francken nie tout traitement préférentiel

Dans le cadre de l’octroi de visas pour des personnes issues de zones de conflit, « il n’y a pas eu de traitement VIP », a affirmé mardi sur Twitter l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken en marge de la séance de la commission Intérieur de la Chambre sur la problématique des visas humanitaires. L’élu N-VA a également souligné qu’il avait pleinement coopéré à l’enquête judiciaire.

Theo Francken était présent mardi après-midi dans la salle de la commission de l’Intérieur de la Chambre lors des auditions du directeur général de l’Office des étrangers, du Commissaire Général aux réfugiés et Apatrides (CGRA) et du directeur du centre fédéral migration Myria. Après les premières questions posées par les députés, il a quitté la séance, non sans oublier de commenter les débats sur Twitter et d’intervenir sur différents médias.

>Trafic de visas humanitaires : travailler sur base de listes n’est pas habituel, mais pas nouveau, explique l’Office des étrangers

« La chose la plus importante que j’ai entendue aujourd’hui, c’est que les experts disent qu’il n’y a pas eu de traitement préférentiel, tout le monde a été traité de la même manière, comme cela a toujours été le cas. Tout a été fait correctement. Il n’y avait pas de liste séparée ni de traitement spécial. Ce qui n’était pas clair à ce sujet a maintenant été rectifié », a déclaré M. Francken.

Collaboration à l’enquête

Selon l’ancien secrétaire d’Etat, les experts ont également insisté sur le fait que le programme de réinstallation des Nations Unies (ONU) était un très bon programme et qu’il méritait une plus grande adhésion. « Je suis d’accord avec cela. La Belgique le fait déjà. Mais cette opération de sauvetage des chrétiens des griffes de l’Etat islamique (EI) (à Alep en 2015, ndlr) n’aurait pas été possible si nous l’avions fait avec l’ONU. Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) n’était pas actif en Syrie. Ils ne font pas de choix sur base de la religion. Nous avons choisi de faire un effort supplémentaire pour les chrétiens, car ils ne peuvent presque pas arriver jusqu’ici. Ils sont menacés là-bas et ont également dû être sauvés. C’est ce que nous avons fait pour un groupe restreint », a encore déclaré M. Francken.

>Enquête sur un trafic de visas humanitaires : Melikan Kucam placé sous mandat d’arrêt

Ce dernier a enfin souligné qu’il collaborait à 100 % à l’enquête judiciaire dans l’affaire Kucam. « J’espère qu’il y aura une clarification le plus tôt possible. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite