Coupe de Belgique: l’Union privée de finale par Malines (1-2, vidéos)

Le premier finaliste de l’édition 2018-2019 de la Coupe de Belgique, dont l’épilogue est prévu le mercredi 1er mai au Stade Roi Baudouin, est connu. Ce mardi soir, Malines s’est montré beaucoup plus réaliste que l’Union (1-2).

De Camargo et Tainmont, servis par Storm, ont planté les buts des visiteurs à la 30e puis à la 65e. Comme à l’aller, l’USG a pourtant eu plusieurs occasions de trouver la faille (Tau avait d’ailleurs marqué à deux reprises à Malines, mais ses roses avaient été annulées), mais la précision en zone de conclusion n’était pas de la partie du côté visité, ce mardi soir. Hormis dans les arrêts de jeu. Enfin, c’est Lemoine qui a marqué contre son camp…

Malines affrontera le vainqueur du duel entre Ostende et La Gantoise. Le match retour est prévu ce mercredi soir après le partage (2-2) enregistré la semaine dernière à Gand.

Dans cette Coupe de Belgique, le Standard, tenant du titre, n’avait pas survécu au premier tour contre l’équipe de D1 amateurs de Knokke, tandis qu’une formation de D1B était assurée de disputer la finale suite au tirage au sort des demi-finales. L’Union Saint-Gilloise, victorieuse en 1913 et 1914, ne retrouvera donc pas la finale de la Coupe de Belgique, 105 ans plus tard.

L’Union est toutefois parvenue, cette année, à éliminer Anderlecht et Genk, deux exploits qui resteront à jamais gravés dans la mémoire des supporters de l’USG.

Les tournantsdu match

3e. Premier tir cadré signé Teuma. Une frappe au sol qui inquiète Verrips. Le portier malinois doit se coucher pour capter le ballon. C’est la conclusion d’un premier contre amorcé notamment par Niakaté.

16e. Cette fois, Teuma est à la récupération. Il cherche ensuite Tau, via une longue passe. L’accélération de l’attaquant est furtive, mais la conclusion loupée, sa tentative n’étant pas cadrée.

26e. Engvall trouve Schoofs qui frappe au but. Vega parvient à repousser l’envoi. C’est la première alerte dans le rectangle de l’Union où Saussez donne de la voix pour replacer sa défense.

30e. Storm réalise un crochet pour se jouer de son opposant direct avant de centrer depuis le côté gauche. De Camargo dévie la balle en première zone. Son geste surprend les défenseurs ainsi que Saussez. C’est 0-1 pour Malines.

48e. Tau n’a pas de chance. Sa reprise de la tête termine sa course sur la barre transversale du but de Verrips.

56e. Verrips est l’auteur d’une savonnette dans son petit rectangle, mais Tau est trop court : il ne peut en profiter.

65e. Formidable travail de Storm sur le côté gauche qui rentre même dans le jeu puis qui trouve Tainmont, esseulé. L’ancien Carolo, parfaitement servi, trompe Saussez et fait ainsi le break dans cette demi-finale retour.

90e+3. But de Lemoine contre son camp qui ne modifie pas la donne : l’Union est éliminée.

La vidéo du but d’Igor De Camargo

La vidéo du but de Clément Tainmont

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite