Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple a confirmé mardi que ses ventes de fin d’année avaient été décevantes avec un chiffre d’affaires en repli et un bénéfice net à la peine, plombés par l’iPhone et la Chine, mais les investisseurs se sont montrés rassurés.

>Une arnaque cible les clients d’Apple

Le chiffre d’affaires des trois derniers mois de 2018, le premier trimestre de son exercice décalé, est ressorti en repli de 5% à 84,3 milliards de dollars, un peu au-dessus toutefois de ce qu’il avait prévu au début du mois.

Ce qui permettait au titre d’avancer de presque 4% en Bourse dans les échanges électroniques.

Ce chiffre a été plombé par un repli de 15%, à 52 milliards de dollars, du chiffre d’affaires tiré des iPhone, une baisse imputable notamment à la baisse du marché chinois.

Sur cet énorme marché, le groupe a vu son chiffre d’affaires total dégringoler de 27% à 13%, 16 milliards de dollars.

Tensions commerciales

A presque 20 milliards de dollars, le bénéfice net est quasiment stable, en très léger repli de -0,5%. Là encore, c’est une rareté, Apple ayant l’habitude de faire croître régulièrement son bénéfice net ces dernières années. Ajusté, il ressort à 4,18 dollars par action, 1 cent au-dessus des attentes des analystes.

Et alors qu’Apple tient à montrer qu’il se diversifie pour être moins dépendant de son smartphone vedette, les services (streaming, cloud, paiement électroniques, applications....) ont rapporté 10,9 milliards de dollars (+19 %), au-dessus des prévisions des analystes qui tablaient sur 10,8 milliards.

Avec les appareils hors iPhone (iPad, Macs, Apple Watch...), les services permettent à Apple de quasiment maintenir son bénéfice net d’une année sur l’autre.

Apple avait déjà prévenu que ses ventes de fin d’année seraient décevantes par rapport à ce qu’il espérait à l’automne, en raison du ralentissement économique en Chine et des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Les analystes soulignent aussi la saturation du marché du smartphone et la cherté des appareils d’Apple, qui fait face dans ce pays à de sérieux concurrents locaux, comme Huawei et Xiaomi.

Coté prévisions pour le trimestre en cours, elles sont en-dessous de ce que pensaient les analystes.

>Apple aurait créé 450.000 emplois aux États-Unis en 2018

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite