Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple a confirmé mardi que ses ventes de fin d’année avaient été décevantes avec un chiffre d’affaires en repli et un bénéfice net à la peine, plombés par l’iPhone et la Chine, mais les investisseurs se sont montrés rassurés.

>Une arnaque cible les clients d’Apple

Le chiffre d’affaires des trois derniers mois de 2018, le premier trimestre de son exercice décalé, est ressorti en repli de 5% à 84,3 milliards de dollars, un peu au-dessus toutefois de ce qu’il avait prévu au début du mois.

Ce qui permettait au titre d’avancer de presque 4% en Bourse dans les échanges électroniques.

Ce chiffre a été plombé par un repli de 15%, à 52 milliards de dollars, du chiffre d’affaires tiré des iPhone, une baisse imputable notamment à la baisse du marché chinois.

Sur cet énorme marché, le groupe a vu son chiffre d’affaires total dégringoler de 27% à 13%, 16 milliards de dollars.

Tensions commerciales

A presque 20 milliards de dollars, le bénéfice net est quasiment stable, en très léger repli de -0,5%. Là encore, c’est une rareté, Apple ayant l’habitude de faire croître régulièrement son bénéfice net ces dernières années. Ajusté, il ressort à 4,18 dollars par action, 1 cent au-dessus des attentes des analystes.

Et alors qu’Apple tient à montrer qu’il se diversifie pour être moins dépendant de son smartphone vedette, les services (streaming, cloud, paiement électroniques, applications....) ont rapporté 10,9 milliards de dollars (+19 %), au-dessus des prévisions des analystes qui tablaient sur 10,8 milliards.

Avec les appareils hors iPhone (iPad, Macs, Apple Watch...), les services permettent à Apple de quasiment maintenir son bénéfice net d’une année sur l’autre.

Apple avait déjà prévenu que ses ventes de fin d’année seraient décevantes par rapport à ce qu’il espérait à l’automne, en raison du ralentissement économique en Chine et des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Les analystes soulignent aussi la saturation du marché du smartphone et la cherté des appareils d’Apple, qui fait face dans ce pays à de sérieux concurrents locaux, comme Huawei et Xiaomi.

Coté prévisions pour le trimestre en cours, elles sont en-dessous de ce que pensaient les analystes.

>Apple aurait créé 450.000 emplois aux États-Unis en 2018

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite