Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple a confirmé mardi que ses ventes de fin d’année avaient été décevantes avec un chiffre d’affaires en repli et un bénéfice net à la peine, plombés par l’iPhone et la Chine, mais les investisseurs se sont montrés rassurés.

>Une arnaque cible les clients d’Apple

Le chiffre d’affaires des trois derniers mois de 2018, le premier trimestre de son exercice décalé, est ressorti en repli de 5% à 84,3 milliards de dollars, un peu au-dessus toutefois de ce qu’il avait prévu au début du mois.

Ce qui permettait au titre d’avancer de presque 4% en Bourse dans les échanges électroniques.

Ce chiffre a été plombé par un repli de 15%, à 52 milliards de dollars, du chiffre d’affaires tiré des iPhone, une baisse imputable notamment à la baisse du marché chinois.

Sur cet énorme marché, le groupe a vu son chiffre d’affaires total dégringoler de 27% à 13%, 16 milliards de dollars.

Tensions commerciales

A presque 20 milliards de dollars, le bénéfice net est quasiment stable, en très léger repli de -0,5%. Là encore, c’est une rareté, Apple ayant l’habitude de faire croître régulièrement son bénéfice net ces dernières années. Ajusté, il ressort à 4,18 dollars par action, 1 cent au-dessus des attentes des analystes.

Et alors qu’Apple tient à montrer qu’il se diversifie pour être moins dépendant de son smartphone vedette, les services (streaming, cloud, paiement électroniques, applications....) ont rapporté 10,9 milliards de dollars (+19 %), au-dessus des prévisions des analystes qui tablaient sur 10,8 milliards.

Avec les appareils hors iPhone (iPad, Macs, Apple Watch...), les services permettent à Apple de quasiment maintenir son bénéfice net d’une année sur l’autre.

Apple avait déjà prévenu que ses ventes de fin d’année seraient décevantes par rapport à ce qu’il espérait à l’automne, en raison du ralentissement économique en Chine et des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Les analystes soulignent aussi la saturation du marché du smartphone et la cherté des appareils d’Apple, qui fait face dans ce pays à de sérieux concurrents locaux, comme Huawei et Xiaomi.

Coté prévisions pour le trimestre en cours, elles sont en-dessous de ce que pensaient les analystes.

>Apple aurait créé 450.000 emplois aux États-Unis en 2018

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite