Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple plombé en fin d’année par l’iPhone et la Chine

Apple a confirmé mardi que ses ventes de fin d’année avaient été décevantes avec un chiffre d’affaires en repli et un bénéfice net à la peine, plombés par l’iPhone et la Chine, mais les investisseurs se sont montrés rassurés.

>Une arnaque cible les clients d’Apple

Le chiffre d’affaires des trois derniers mois de 2018, le premier trimestre de son exercice décalé, est ressorti en repli de 5% à 84,3 milliards de dollars, un peu au-dessus toutefois de ce qu’il avait prévu au début du mois.

Ce qui permettait au titre d’avancer de presque 4% en Bourse dans les échanges électroniques.

Ce chiffre a été plombé par un repli de 15%, à 52 milliards de dollars, du chiffre d’affaires tiré des iPhone, une baisse imputable notamment à la baisse du marché chinois.

Sur cet énorme marché, le groupe a vu son chiffre d’affaires total dégringoler de 27% à 13%, 16 milliards de dollars.

Tensions commerciales

A presque 20 milliards de dollars, le bénéfice net est quasiment stable, en très léger repli de -0,5%. Là encore, c’est une rareté, Apple ayant l’habitude de faire croître régulièrement son bénéfice net ces dernières années. Ajusté, il ressort à 4,18 dollars par action, 1 cent au-dessus des attentes des analystes.

Et alors qu’Apple tient à montrer qu’il se diversifie pour être moins dépendant de son smartphone vedette, les services (streaming, cloud, paiement électroniques, applications....) ont rapporté 10,9 milliards de dollars (+19 %), au-dessus des prévisions des analystes qui tablaient sur 10,8 milliards.

Avec les appareils hors iPhone (iPad, Macs, Apple Watch...), les services permettent à Apple de quasiment maintenir son bénéfice net d’une année sur l’autre.

Apple avait déjà prévenu que ses ventes de fin d’année seraient décevantes par rapport à ce qu’il espérait à l’automne, en raison du ralentissement économique en Chine et des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Les analystes soulignent aussi la saturation du marché du smartphone et la cherté des appareils d’Apple, qui fait face dans ce pays à de sérieux concurrents locaux, comme Huawei et Xiaomi.

Coté prévisions pour le trimestre en cours, elles sont en-dessous de ce que pensaient les analystes.

>Apple aurait créé 450.000 emplois aux États-Unis en 2018

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite