«Faut pas se foutre de notre gueule»: une campagne appelle à «réveiller» les ministres du climat

©D.R
©D.R

De drôles d’affiches sont apparues cette nuit à Bruxelles, Liège, Namur, Gand et Anvers. Près de 2.000 affiches du genre ont été collées sur des panneaux publicitaires Decaux et ClearChannel dans sept villes du pays. Ces affiches prennent à rebrousse-poil les discours renvoyant les manifestants pour le climat à leurs propres responsabilités. Rappelant que « l’éclairage d’un panneau publicitaire équivaut à la consommation de trois ménages », le message poursuit : « On veut bien éteindre la lumière, mais il ne faut pas se foutre de notre gueule ». Et enchaîne en invitant le passant à participer à une action visant à « réveiller » les quatre ministres du climat, par mail, par SMS, par tweet ou même de vive voix.

« Nous nous sommes procuré les coordonnées professionnelles des quatre ministres », explique un des organisateurs de l’action. En scannant un QR code, on accède directement au site de l’action où l’on peut envoyer le message exigeant « une réponse politique et structurelle à la question climatique ».

« Ni les actes individuels ni les politiques isolées ne suffiront à enrayer le réchauffement climatique. Il nous faut un plan global orienté vers les objectifs de justice climatique et de justice sociale », poursuivent les protestataires.

Cette stratégie de renvoyer la patate chaude aux manifestants est une manière évidente d’éviter le débat, explique un des militants. « Le mouvement climatique pose des questions sur les piliers de notre modèle économique et social. Notamment la légitimité de l’indicateur immuable qu’est la croissance. Il est clair que les partis libéraux et les grandes entreprises n’apprécient pas. Remettre en question la légitimité de la croissance, ça leur fait peur. Renvoyer la balle à l’individu est une façon de se dédouaner, d’éluder sa responsabilité et de ne pas se poser les vraies questions que sont la croissance, le productivisme, les inégalités et la redistribution des richesses ».

Les activistes du mouvement Act for climate Justice avaient annoncé des actions plus radicales de désobéissance civile, nous y voilà. Les destinataires n’apprécieront sans doute pas l’avalanche de mails ou de SMS qui s’annonce. « Consolation », le site de l’action demande en tout cas à ses adeptes de « rester courtois dans [les] messages ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

  3. Selon les dernières estimations, l’Europe des nations et des libertés, groupe auquel appartiennent notamment la Ligue de Salvini, le Rassemblement national de Le Pen, le FPÖ du déchu Strache, le Vlaams belang, les Allemands de l’AfD et le Parti pour la liberté de Wilders, obtiendrait 75 sièges sur les 751.

    Elections européennes: la droite radicale populiste va-t-elle dominer le scrutin européen?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite