Disparition d’Emiliano Sala: des débris retrouvés sur une plage française

©Photonews
©Photonews

Des débris de deux sièges retrouvés sur une plage française provenaient « probablement » de l’avion qui transportait le footballeur argentin Emiliano Sala, disparu lundi 21 janvier au-dessus de la Manche, ont annoncé les enquêteurs britanniques mercredi.

« Après un examen préliminaire, nous avons conclu qu’il est probable que les coussins proviennent de l’avion disparu », a annoncé le bureau d’enquête sur les accidents aériens, l’Air Accident Investigation Branch (AAIB), dans un communiqué. Ces débris, dont certains ont été retrouvés lundi, ont été découverts sur une plage de la commune de Surtainville, dans le département de la Manche. C’est le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA), l’autorité responsable de la sécurité de l’aviation civile en France, qui a transmis ces informations à l’AAIB. Une zone d’environ 13 kilomètres carrés a été délimitée.

« En raison des conditions météorologiques et de la mer, nous prévoyons actuellement que la recherche dans les fonds marins commencera à la fin du week-end et durera jusqu’à trois jours », a précisé l’AAIB dans son communiqué. « L’équipement de sonar à balayage latéral sera utilisé pour tenter de localiser l’épave sur le fond marin. Si l’épave est retrouvée, un véhicule télécommandé (ROV) sera utilisé pour examiner visuellement l’épave. »

Recherches privées

Alors que l’entourage d’Emiliano Sala a lancé des recherches privées, à la fin des opérations de secours, l’AAIB a expliqué être « en liaison étroite avec les personnes impliquées » pour « maximiser les chances de localiser l’épave  ».

Les opérations de secours, coordonnées par la police de Guernesey, avaient été interrompues jeudi après-midi, la police jugeant « infimes » les chances de survie du joueur et de son pilote. Elles avaient mobilisé trois avions, cinq hélicoptères, et deux navires de secours.

Emiliano Sala, âgé de 28 ans, et David Ibbotson, le pilote, voyageaient à bord d’un monomoteur Piper PA-46-310P Malibu qui a disparu des radars lundi 21 janvier vers 20H20 GMT (19h20 en France), à une vingtaine de kilomètres au nord de l’île de Guernesey.

Les deux hommes étaient partis de Nantes, où l’attaquant évoluait jusque-là, et devaient rejoindre Cardiff (Pays de Galles), ville de son nouveau club, avec lequel il venait de s’engager.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 10852206-044

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Charleroi-Malines reporté: Mehdi Bayat espère faire réviser la règle

  • PHOTONEWS_10841091-042

    Par Didier Schyns

    Standard

    Standard: Moussa Sissako pour relayer Dimitri Lavalée

  • SOCCER JPL D23 CERCLE BRUGGE VS ANDERLECHT (2)

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    D1A: un succès miraculeux pour Anderlecht au Cercle

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite