Papillomavirus: la vaccination des garçons sera gratuite dès la rentrée prochaine

Les cancers liés au papillomavirus sont en augmentation chez les hommes. © Belga.
Les cancers liés au papillomavirus sont en augmentation chez les hommes. © Belga.

Parfois connu sous le nom de papillomavirus, le HPV est extrêmement transmissible ; par voie orale ou sexuelle, un seul contact suffit. On estime ainsi que plus de 80 % des personnes sexuellement actives sont, un jour dans leur vie, infectées par ce virus.

Une infection à quitte ou double : le HPV peut disparaître de lui-même… ou causer plusieurs types de cancers. Chaque année, plus de 1.000 nouveaux cas de cancer détectés en Belgique sont imputables au papillomavirus humain : cancer du col de l’utérus (le plus fréquent), mais aussi cancer du vagin, de la vulve, de la bouche, du pénis et de l’anus. Ces deux derniers étant en augmentation, la question de la vaccination des jeunes hommes s’impose.

En 2017, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) recommandait à la Belgique de suivre l’exemple des autres pays occidentaux en élargissant ses programmes de vaccination gratuite à tous les jeunes, garçons et filles confondus, dès l’âge de 9 ans – jusqu’à présent, et depuis 2011, seules les jeunes filles entre 12 et 14 ans en bénéficient en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Suite à cette recommandation, les entités fédérées ont chargé le KCE de mesurer l’impact d’une telle mesure. Ses résultats, dévoilés aujourd’hui, donnent le feu vert : inclure les jeunes garçons dans la vaccination gratuite contre le HPV est efficace, tant d’un point de vue clinique qu’économique.

Vaccin pour tous dès la rentrée 2019

De fait, selon le KCE, l’extension de la vaccination aux jeunes garçons présente un « rapport coût-efficacité favorable » dans la prévention de la plupart des lésions précancéreuses causées par le HPV (conclusion valable pour les trois vaccins disponibles sur le marché). Un résultat positif, a fortiori dans les régions où le taux de vaccination des jeunes filles est faible, comme en Belgique francophone ; alors qu’en Flandre, 91 % des jeunes filles entre 12 et 14 ans sont vaccinées, elles ne sont que 36 % en Fédération Wallonie-Bruxelles !

D’un point de vue purement économique toutefois, deux études indépendantes (parmi les quinze évaluations économiques étudiées par le KCE au total) soulignent qu’une amélioration de la couverture existante chez les filles serait plus avantageuse que l’extension de la vaccination aux garçons. Une conclusion « qui ne prend toutefois pas en compte les questions d’équité entre sexes », selon le KCE, qui souligne que les cancers liés au HPV sont en augmentation chez les hommes, en particulier chez les homosexuels, qui ne bénéficient pas de la « protection indirecte » offerte par les femmes vaccinées. L’extension d’un tel vaccin peut, en outre, être perçue comme une façon de partager la responsabilité de la prévention entre les garçons et les filles.

Informées dès le mois d’octobre des premières conclusions du KCE, la Communauté flamande et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont, depuis, pris leur décision : la vaccination gratuite contre le HPV sera, dès la rentrée prochaine, étendue à tous les jeunes, garçons et filles, entre 9 et 14 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • neuracle

    Par Rafa de Miguel (El País)

    Lena

    «Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»

  • Foto_elvira_expresso_2011_pequena_36

    Par Javier Martin del Barrio (El País)

    Lena

    Elvira Fortunato, la scientifique portugaise qui a créé la micropuce en papier

  • L’île Eagle le 4 février (à gauche) et le 13 février.

    Par Tomasz Ulanowski (Gazeta Wyborcza)

    Lena

    La fonte fulgurante des glaces de l’Antarctique

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite