Johan Van Herck avant la Coupe Davis: «Même sans Goffin et Darcis, nous avons les qualités pour battre le Brésil»

@News
@News

«   Nous avons les qualités pour battre le Brésil », a déclaré le capitaine de l’équipe belge mercredi à Uberlândia, au Brésil, à la veille du tirage au sort des rencontres du duel qualificatif pour la phase finale de la nouvelle Coupe Davis. Privée de David Goffin, Steve Darcis et Ruben Bemelmans, la Belgique s’appuiera sur Kimmer Coppejans (ATP 195), Arthur De Greef (ATP 202) ainsi que les joueurs de double Sander Gille (ATP 79 en double) et Joran Vliegen (ATP 81 en double).

« Je n’ai pas abordé ces absences avec le groupe, nous devons mettre l’accent sur ceux qui sont présents ici. Nous avons déjà prouvé par le passé que nous étions capables de gagner malgré certains désistements. Nous nous concentrons donc sur les choses que nous pouvons contrôler, comme la préparation et la forme physique. Je pense que nous avons les capacités pour battre les Brésiliens », a expliqué Van Herck, en poste depuis 2011.

Pour s’acclimater aux conditions particulières à Uberlândia, l’équipe belge est arrivée samedi dernier. « Après un premier jour d’acclimatation, nous avons débuté les entraînements dimanche et avons réalisé de belles journées de travail. Tous les joueurs sont fin prêts », a assuré Van Herck, qui est ensuite revenu sur les conditions de jeu, sensiblement différentes en altitude.

« Nous sommes ici à 900 mètres d’altitude. La balle rebondit donc plus haut et plus vite mais nos deux joueurs de simple apprécient ces conditions et y sont habitués. Ils se sont bien adaptés au changement de surface, je suis confiant après les avoir vu à l’œuvre à l’entraînement ». Van Herck a précisé qu’il n’avait pas sélectionné de cinquième joueur pour des raisons logistiques. En effet, ne bénéficiant que d’un seul terrain d’entraînement, il était préférable d’avoir quatre joueurs uniquement.

Cette rencontre est aussi l’occasion de revoir De Greef et Coppejans avec l’équipe belge, eux qui n’avaient plus joué en Coupe Davis depuis respectivement septembre 2017 et mars 2016. « Avec Arthur et Kimmer, on a mis le passé derrière nous fin de l’année dernière », a lancé Johan Van Herck. « Je pense qu’ils sont très contents d’être avec l’équipe. Nous sommes tournés vers le futur et ravis de les avoir parmi nous. »

Thiago Monteiro, 106e mondial et vainqueur du tournoi Challenger de Punta del Este la semaine dernière, sera le chef de file côté brésilien et « arrive avec le plein de confiance » selon Van Herck. La sélection sud-américaine est complétée par Rogerio Dutra Silva (ATP 135), Thiago Seyboth Wild (ATP 451) et les spécialistes du double Bruno Soares (ATP 3 en double) et Marcelo Melo (ATP 12 en double).

Pour rappel, les rencontres de Coupe Davis sont désormais jouées sur deux journées et les matches au meilleur des trois sets. Le vainqueur du duel belgo-brésilien validera son ticket pour la phase finale de l’épreuve. Pour la première fois de l’histoire, le vainqueur de la Coupe Davis sera désigné au terme d’une semaine de compétition, prévue du 18 au 24 novembre à Madrid, où seront rassemblées 18 nations. « C’est évidemment très important pour nous de l’emporter au Brésil mais être présent à Madrid l’est également pour la fédération, les joueurs et l’encadrement », a ponctué Van Herck.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par François Laurent

    ATP - WTA

    Maria Sharapova, les adieux d’une diva

  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite