Des dizaines de jeunes devant le domicile de Marie-Christine Marghem: «Ils ne m’ont pas parlé, je suis pourtant à leur écoute»

Des dizaines de jeunes devant le domicile de Marie-Christine Marghem: «Ils ne m’ont pas parlé, je suis pourtant à leur écoute»

Entre 80 et 100 jeunes se sont rendus jeudi matin au domicile de Marie Christine Marghem à Tournai afin de manifester pour le climat. Aucun dialogue ne s’est instauré entre les manifestants et la ministre fédérale de l’Énergie, de l’Environnement et du Développement durable.

Sur le thème « Le jeudi, j’peux pas, j’ai climat ! », une petite centaine de jeunes tournaisiens sont à leur tour descendus dans la rue, jeudi, afin de réclamer des politiques ambitieuses pour le climat. Issus d’écoles du secondaire et du supérieur, ces étudiants étaient encadrés par quatre organisations : les « Jeunes CSC », les « Jeunes organisés et combatifs » (JOC), ainsi que les ASBL « Portes ouvertes » et « Masure 14 ».

«  Les jeunes ne souhaitent pas interpeller directement la ministre puisqu’elle est sourde à leurs revendications. On va juste s’asseoir devant sa maison », indiquait vers 7h00 Camille Stabel, permanente des « Jeunes CSC ». «  On a pris la décision de ne pas lui parler. »

La ministre est sortie de son domicile vers 7h30, dénombrant pour sa part « une trentaine de jeunes ». « Ils ont fait un sitting, ce qui est particulier, vu la météo. Ils ont décidé de ne pas s’adresser à moi comme représentante d’un gouvernement qui doit prendre des mesures et qui sait ce qu’il a à faire. Je suis pourtant à leur écoute », a commenté la ministre fédérale.

Celle-ci a ensuite évoqué devant la presse les mesures déjà prises par le gouvernement ainsi que les actions futures, comme la création d’un deuxième parc éolien en Mer du nord pour 2030.

Vers 8h30, les jeunes manifestants ont pris la direction de la Grand-place de Tournai. «  Aucun tract ne sera distribué à la population, histoire de rester écologiques », précisait encore Camille Stabel.

4e marche des jeunes à Bruxelles

La 4e mobilisation des jeunes pour le climat a lieu ce matin à Bruxelles. Le rassemblement aura lieu à la gare du Nord à 10h30. Le départ est fixé à 11h, mais il pourrait être donné plus tôt si la pression est trop importante. La marche passera par les boulevards Pacheco et Lemonnier pour terminer à la gare du Midi. La dislocation est prévue à 12h30.

Une première manifestation avait été organisée par Youth For Climate le jeudi 10 janvier. Quelque 3.000 élèves de l’enseignement flamand avaient alors brossé les cours pour demander au gouvernement fédéral de prendre des mesures fortes pour limiter le réchauffement climatique sous la barre de 1,5ºC. La semaine suivante, ils ont été rejoints par des élèves de l’enseignement francophone, portant leur nombre à 12.500. La FEF a appelé les étudiants du supérieur à rallier jeudi dernier ce mouvement de la jeunesse pour l’environnement, faisant grimper le nombre de manifestants à 35.000 personnes. Cette marche sera renouvelée tous les jeudis jusqu’aux élections.

Voir le direct sur mobile

Edito : la puissance de la rue

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite