Acheter dans les supermarchés français coûtera plus cher à partir de ce vendredi

Acheter dans les supermarchés français coûtera plus cher à partir de ce vendredi

Les prix de centaines de produits alimentaires de grande marque vont augmenter vendredi dans les supermarchés, mais ceux des marques de distributeurs devraient baisser : un pari pour défendre l’agriculture, sur fond de grogne des « gilets jaunes » pour le pouvoir d’achat.

Le ministre français de l’Agriculture, Didier Guillaume, l’a admis mercredi matin : le 1er février, des hausses de tarifs vont intervenir sur 4 % des produits alimentaires de grande consommation, avec des marques aussi connues que le Nutella, le Ricard ou le Coca Cola.La raison ? Le relèvement à 10 % du « seuil de revente à perte », imposé par la récente loi Alimentation. Le gouvernement compte ainsi obliger les distributeurs à vendre même leurs produits d’appel à des prix supérieurs d’au moins 10 % à ceux auxquels ils les ont achetés, et à cesser les ventes à perte.

Rendre du pouvoir d’achat aux petites producteurs

L’Etat espère que la distribution pourra ainsi mieux rémunérer les producteurs issus des filières agricoles et aquacoles, qui étouffent et disparaissent, régulièrement rémunérés en dessous de leur prix de revient. Car paysans et producteurs sortent chaque année KO debout de la négociation rituelle des prix qui se tient d’octobre à fin février, face aux géants de l’agroalimentaire et surtout aux puissantes centrales d’achat de la distribution.

Dans les supermarchés, « 500 produits sur 13.000 » devraient augmenter vendredi, alors que dans les hypermarchés, « c’est 800 produits sur 20.000 » qui sont concernés, a précisé le ministre français de l’Agriculture.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite