Accueil

Films d’animation et parcours personnels: les réussites sont là

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

En Europe, réaliser seul son long-métrage ou sa série d’animation relève de l’utopie. Une institution comme le Cartoon le démontre chaque année : le métier implique de maîtriser également l’art délicat de la coproduction. Lequel sied plutôt bien aux studios et aux animateurs belges. Il est loin le temps des Raoul Servais, Picha ou même Nicole Van Goethem, oscarisée en 1985 avec Une tragédie grecque, pour les Patar & Aubier, leur camarade Ben Tesseur (Beast Animation), Arnaud Demuynck, Benoît Feroumont ou même un Ben Stassen de nWave. Financement, aides, équipes splittées par-dessus les frontières, concurrence de la toute-puissance américaine et on en passe : tout concourt à compliquer encore plus un métier qui ressemblait pourtant déjà pas mal à du travail de bénédictin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs