Jusqu’à 5 centimètres de neige tombés cette nuit: des milliers de tonnes de sel déversées sur les routes

©Belga
©Belga

La zone neigeuse qui a traversé le pays dans la nuit de jeudi à vendredi, n’a pas provoqué énormément d’embarras de circulation à l’heure de pointe. La SNCB a fait part de quelques avaries techniques, tant sur les trains qu’à l’infrastructure ferroviaire, mais la circulation n’a été interrompue nulle part.

Suivez nos prévisions météo

Les automobilistes ont éprouvé relativement peu de difficultés à se déplacer. Vers 09h00, Touring Mobilis faisait état d’environ 120 kilomètres d’embouteillages sur les routes (et 160 vers 08h00).

Vigilance maintenue

Sur les axes wallons, aucun gros souci n’a été signalé et les épandages ont bien été menés durant la nuit, a indiqué Laurence Zanchetta, la porte-parole du SPW Wallonie, qui évoquait deux centimètres de neige sur les axes wallons. Si la Flandre fait état de 1.400 tonnes de sel déversées sur les routes la nuit dernière, le chiffre n’est pas encore disponible pour la Wallonie mais on parle de plusieurs milliers de tonnes dispersées ces derniers jours.

Jeudi, la Cellule d’action routière de la Région wallonne avait indiqué maintenir la phase de vigilance renforcée sur le réseau routier en raison des températures négatives qui favorisent la formation de plaques de glace, de neige durcie voire de verglas. Les navetteurs étaient invités à adapter leur vitesse, à éviter toute manœuvre brutale, à ne pas dépasser les épandeuses et à observer les distances de sécurité suffisantes.

A Bruxelles, la Stib ne fait état, sur son compte Twitter, d’aucune perturbation sur son réseau tandis que De Lijn mentionnait peu de problèmes, excepté quelques déviations en raison de routes verglacées et des retards en provinces de Limbourg et d’Anvers. Le TEC Charleroi faisait part de plusieurs bus supprimés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite