Marche pour le climat: Bart De Wever veut s’en tenir à une politique «écoréaliste»

© Belga
© Belga

S’il comprend la frustration des jeunes qui manifestent pour une autre politique climatique, Bart De Wever estime toutefois que «  cela ne doit pas devenir une sorte de pensée apocalyptique conduisant des jeunes à manifester contre leur propre style de vie ». «  Leur message touche tout le monde. S’il est prouvé que nous n’atteindrons pas les objectifs fixés, nous devrons faire davantage », a toutefois indiqué le président de la N-VA dans l’émission De Ochtend sur Radio 1.

Malgré tout, ce dernier s’en tient à la politique «  écoréaliste » de son parti. «  Je pense que ce problème ne pourra être résolu que si on le prend par le biais de l’innovation et de la croissance économique. C’est ce que l’humanité a toujours fait et c’est aussi mon message. On ne résoudra rien avec des taxes vertes et en culpabilisant les gens. Si on dépense énormément d’argent pour réaliser 0,0003 % des objectifs, on se retrouvera, comme en France, avec des gilets jaunes », a averti Bart De Wever.

Se préparer à une planète où il fera « sans doute plus chaud »

En matière énergétique, l’homme fort d’Anvers a par ailleurs répété sa préférence à «  un mix d’énergie nucléaire et renouvelable, offrant les meilleures garanties en termes de coûts, de sécurité et de durabilité ». Pour Bart De Wever, au moins 2 des centrales nucléaires les plus récentes doivent rester ouvertes après 2025.«  Nous devons accepter le réchauffement climatique comme une donnée et nous préparer à vivre sur une planète où il fera sans doute plus chaud », a-t-il enfin déclaré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite