Après le dérapage d’un de ses coureurs, Patrick Lefevere promet de mettre un programme de formation sur pied

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

Le patron de l’équipe Patrick Lefevere a ainsi demandé pardon à toutes les femmes, fans et sponsors qui se sont sentis offensés par la conduite de Keisse. Il promet par ailleurs de mettre très prochainement sur pied un « protocole spécifique de formation pour tous les coureurs et staffs afin d’assurer le respect de nos valeurs et assurer que ce genre de chose ne se reproduise plus… »

Keisse s’est retrouvé au centre d’une véritable tempête médiatique suite à son attitude déplacée dans le dos d’une serveuse locale qui se faisait prendre en photo avec l’ensemble des coureurs de l’équipe Deceuninck – Quick Step présents au Tour de San Juan.

Elle a porté plainte et notre compatriote s’était vu condamné à 3000 pesos d’amende (environ 70 euros). L’organisation de l’épreuve avait demandé aux responsables de la formation belge de prendre des sanctions. Mais comme elle faisait la sourde oreille ou ne frappait pas assez fort à leur goût, les comitards ont finalement décidé d’exclure Keisse à l’issue du contre-la-montre de mardi soir.

« Iljo reconnaît son erreur et assume la responsabilité de ses actes », souligne le communiqué de l’équipe, qui prétextant la fatigue, avait boycotté la cérémonie protocolaire mercredi soir à l’issue de la 4e étape. Ce qui a amené les commissaires de l’Union Cycliste Internationale (UCI) à prendre des sanctions.

« L’équipe aimerait présenter ses excuses pour les événements de ces derniers jours », est-il écrit dans le communiqué de Patrick Lefevere et l’ensemble de l’équipe.

« Nous sommes conscients que l’une de nos principales missions est d’éduquer nos coureurs et de nous assurer qu’ils fassent preuve de respect envers tout le monde. Nous avons d’ailleurs déjà tiré les leçons des récents incidents. Nous avons en effet décidé d’inclure dans un futur proche un protocole spécifique de formation pour tous les coureurs et staffs afin d’assurer le respect de nos valeurs et assurer que ce genre de chose ne se reproduise plus… »

Le coureur français de l’équipe Deceuninck – Quick-Step Julian Alaphilippe est leader du classement général, et Remco Evenepoel porte le maillot de meilleur jeune.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite