Affaire Delphine Boël: le roi Albert II se pourvoit en Cassation

© Belga
© Belga

Le roi Albert II va se pourvoir en Cassation contre les deux arrêts de la cour d’appel de Bruxelles rendus dans le cadre de l’affaire qui l’oppose à Delphine Boël, a annoncé son avocat Alain Berenboom vendredi. «  Ce pourvoi critique l’essentiel des dispositions de ces deux arrêts de la cour d’appel de Bruxelles y compris, par certains moyens spécifiques, la mesure d’expertise génétique qui a été ordonnée », précise-t-il.

« Dans la logique de ce pourvoi », le Roi Albert II ne se soumettra pas à une analyse ADN tant que la Cour de cassation n’aura pas rendu son arrêt. Selon les avocats du Roi, le pourvoi a un effet suspensif « qui s’étend à la mesure d’expertise génétique ». Les avocats de Delphine Boël, qui s’étaient exprimés sur l’affaire ce jeudi, estiment pour leur part qu’un renvoi en cassation ne dispense pas le Roi de devoir se soumettre à un test.

Le 25 octobre, la cour d’appel de Bruxelles a rendu un arrêt qui établit que Jacques Boël n’est pas le père légal de Delphine Boël et qui ordonne à Albert II de se soumettre à un test ADN.

Jacques Boël n’est pas le père de Delphine

C’est en 2013 que Delphine Boël avait introduit une procédure en contestation de paternité de Jacques Boël, son père légal, en vue d’introduire ensuite une procédure en reconnaissance de paternité du roi Albert II. Jacques Boël n’avait pas contesté cette action en désaveu de paternité. Il s’était livré à un test ADN qui avait révélé qu’il n’était effectivement pas le père biologique.

Delphine Boël a toujours dit être la fille du roi Albert II avec qui sa mère, Sybille de Selys Longchamps, a eu une liaison entre 1966 et 1984. C’est en 1999 que Delphine Boël a été présentée comme la fille illégitime d’Albert II. Albert II a reconnu ensuite que son épouse, la reine Paola, et lui avaient traversé une crise conjugale dans les années ’70. Mais il n’a jamais admis être le père biologique de Delphine Boël.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite