Des universitaires proposent une loi pour le climat «prête à l’emploi»

Des universitaires proposent une loi pour le climat «prête à l’emploi»

Pour répondre à l’urgence climatique, une dizaine de professeurs d’université et de chercheurs spécialisés en droit constitutionnel et de l’environnement ont planché sur une «loi spéciale climat» prête à l’emploi. Le texte, présenté vendredi à la presse, revoit non seulement les objectifs belges à la hausse mais consacre également les principes de justice sociale et d’intégrité.

«L’objectif de cette proposition de loi est de remettre à plat ce qui existe actuellement en matière de gouvernance climatique et de revoir la manière dont ces différents organes s’articulent pour proposer un modèle qui fonctionne», explique le co-auteur de la proposition et professeur en droit constitutionnel à Saint-Louis, Matthias El Berhoumi.

Les auteurs - flamands et francophones -, qui se sont inspirés d’exemples ayant fait leurs preuves à l’étranger, suggèrent notamment d’instaurer un «dialogue multiniveaux» qui réunisse à la fois la société civile, les autorités locales, les entreprises, les investisseurs ou encore des conseils d’avis afin de discuter des politiques en matière d’énergie et de climat, y compris sur le long terme.

La proposition de loi prévoit également de relever les objectifs intermédiaires de réduction des gaz à effet de serre à au moins 65% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. C’est l’une des revendications du collectif citoyen «Rise for Climate Belgium», à l’origine de la marche qui a drainé quelque 70.000 personnes le 27 janvier à Bruxelles.

Toujours d’ici 2030, la proposition de loi fixe la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute en Belgique à 32% et vise à réaliser l’exigence européenne d’amélioration de l’efficacité énergétique d’au moins 32,5%, malgré les réticences exprimées par la Belgique en raison des divergences de vue entre ses Régions en décembre dernier.

Création d’une Agence interfédérale pour le climat

Afin d’améliorer la coordination de la politique climatique entre les différents niveaux de pouvoir, celle-ci serait confiée à quatre institutions. La Conférence interministérielle climat, déjà existante, serait chargée d’approuver le Plan national intégré Energie-Climat et son actualisation avec des objectifs à plus long terme. L’Agence interfédérale pour le climat, une nouvelle institution, devrait élaborer ce Plan et évaluer l’état d’avancement des politiques, tandis qu’une Commission interparlementaire sur le climat servirait d’organe permanent de concertation entre la Chambre des représentants, le Sénat et les parlements des communautés et des Régions.

Le texte prévoit également la création d’un comité d’experts indépendant chargé de donner des avis éclairés sur la science du changement climatique, les risques qu’il entraîne, l’économie, la finance et les entreprises, la production et la distribution d’énergie, les villes durables, la qualité de l’air, l’aménagement du territoire, l’agriculture, la biodiversité, etc.

«Ce comité d’experts aurait aussi, outre son rôle de conseil, un pouvoir d’interpellation des différents parlements quant à la cohérence des politiques menées», précise Caroline Billiet, de l’UGent.

Une proposition « prête à l’emploi »

La politique climatique ne peut en effet se faire au détriment du principe de justice sociale, précise le texte. Celle-ci «doit être socialement équitable, promouvoir la biodiversité, lutter contre la pauvreté et réduire les inégalités».

Enfin, la proposition de loi institue, pour chaque parlement, un «jour du climat» lors duquel les gouvernements fédéral et des entités fédérées devraient transmettre leur rapport sur l’état d’avancement des politiques climatiques et les projets pour la période à venir.

«Notre proposition est prête à l’emploi. Nous l’avons élaborée dans le cadre du fédéralisme actuel, il n’y a pas besoin de réforme pour pouvoir la mettre en œuvre. Elle pourrait même être adoptée dès demain, y compris sous un gouvernement en affaires courantes», affirme Delphine Misonne, co-auteur de la proposition de loi et professeure de Droit, gouvernance et développement durable à Saint-Louis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite